Écholocalisez-vous comme un vrai petit dauphin avec ce casque DIY

Quelques bouts de drone et des écouteurs à conduction osseuse, c'est tout ce qu'il faut pour voir le monde comme un dauphin.

|
juil. 30 2018, 8:35am

Image : Andrew Thaler par A. Freitag

Les dauphins et quelques 65 espèces de cétacés à dents (odontocètes pour les puristes) utilisent des « cornes acoustiques », des poches remplies de graisse dans leur crâne bulbeux, pour transformer les signaux sonores qu’ils envoient rebondir sur les objets alentour en informations spatiales concrètes. Cool.

Vous avez toujours rêvé d’être un dauphin ? Remerciez notre époque formidable : l’océanographe Andrew Thaler vient de dévoiler un dispositif portable qui permet de « voir » comme les cétacés à cornes acoustiques. Pas avec vos yeux ou vos oreilles, donc, mais à l’aide de la conduction osseuse et d’une succédanée d’écholocalisation.

Exception faite de mon petit frère, les humains n’ont pas de graisse dans le crâne. Ce qui ne nous empêche pas d’utiliser nos mâchoires pour « entendre » grâce aux casques à conduction osseuse. Tout ce qui nous manque, c’est un peu d’aide pour transformer tout ça en véritable capacité d’écholocalisation.

Thaler a construit un système de télédétection par laser (Light Detection and Ranging, ou LiDAR) pour reproduire grossièrement la méthode des dauphins. L’engin est composé d’un capteur télémétrique présent sur les drones grand public. Capable de détecter des obstacles à douze mètres, il est mêlé à une paire d’écouteurs à conduction osseuse par l’intermédiaire d’un microcontrôleur Arduino. Pour la forme, un petit ampli numérique reproduit le cliquetis des dauphins et ses échos.

En dépit du fait que le LiDAR fonctione grâce à la lumière et pas au bruit, les utilisateurs entendent des « ping » semblables à ceux d’un sonar. Plus on s’approche d’un objet, plus leur fréquence augmente. Thaler affirme que ce signal extra-sensoriel conduit par la boîte cranienne suffit pour trouver son chemin.

Dans les faits, parcourir le monde avec le casque de Thaler est malaisé. L’océanographe considère que son projet est moins un gadget utile qu’une méthode d’apprentissage : l’idée du DolphinView (c’est son nom) lui est venue lors de Make for the Planet, un événément pour la conservation des espèces menacées qui s’est tenu en juin dernier à Bornéo.

« Pour être honnête, le plus gros avantage de ce genre de projet est plus le côté DIY-scientifique, a-t-il expliqué à Motherboard. L’appareil fini est plus un gadget rigolo qu’autre chose. »

« Je pense que les étudiants pourront tirer beaucoup d’enseignements utiles du projet : apprende à coder pour un Arduino, se débrouiller pour le faire dialoguer avec un LiDAR, concevoir la partie audio et les circuits de charge… Ça leur sera bien plus utile que porter les lunettes SONAR » a-t-il ajouté.

Thaler a partagé son projet en open-source. Toutes les instructions de montage sont disponibles sur Github et Thingiverse. Si vous avez envie de jouer à Aquaman sur la terre ferme, c’est votre chance.