Que va-t-il m'arriver si je passe ma vie sous les néons du bureau ?

L'Académie de médecine française estime que 80% de la population souffre d'un manque de vitamine D, une carence qui peut causer insomnies et problèmes d'humeur. La solution : aller dehors.

|
05 avril 2018, 8:25am

Image : ColorBlind Images/Getty Images

Cet article est initialement paru sur Tonic.


Le scénario
Même avec le passage à l’heure d’été, votre ami passe encore le plus clair de son temps à l’intérieur. Son boulot — qui commence tôt et finit tard — nécessite une armure corporelle intégrale (autrement dit, un costume) qui bloque complètement les rayons du soleil. Il se tartine de crème solaire offerte par sa copine pour protéger sa peau de roux dans le cas exceptionnel où il se rendrait au travail après l’aube, préservant ainsi ses joues pâles du soleil. Et quand arrive enfin le week-end, votre pote préfère décompresser avec des jeux vidéo et des marathons Netflix plutôt que participer à une course à pied à la campagne. Quand il s’est finalement assez détendu pour sortir de chez lui, la nuit est déjà tombée et il choisit évidemment un bar sombre pour socialiser.

Les faits
La majorité des Américains, et plus particulièrement les habitants des régions aux climats nordiques, ne sont pas assez exposés au soleil, affirme le médecin Joel Fuhrman, président de la Nutritional Research Foundation et membre de la faculté de la Division des sciences de la santé à l’université d’Arizona du nord. En effet, plusieurs études indiquent qu'environ 80% des Français ont des carences en vitamine D, la vitamine du soleil que le corps ne peut pas produire naturellement et qui ne peut être absorbé en quantités suffisantes par la nourriture. C'est énorme.

Ce qui risque d'arriver
Les habitudes de sommeil et la santé émotionnelle de votre ami s'en ressentiront en premier : l’exposition au soleil aide à réguler la production par le corps de mélatonine, l’hormone des nuits complètes, qui stabilise le cycle de sommeil et de veille naturel en déjouant les insomnies et en garantissant un sommeil profond. Et parce que la lumière du soleil entraîne la libération de sérotonine (l’« hormone du bonheur », importante pour se sentir alerte et stable), la vie dans l’obscurité expose votre ami à un risque accru de dépression et de trouble affectif saisonnier.

Après deux à quatre mois avec peu ou presque sans lumière du soleil, ses niveaux de vitamine D pourraient tomber si bas que l’absorption de calcium par son corps (un processus permis par la vitamine D) pourrait être affectée, explique Fuhrman. Les conséquences sont nombreuses : épuisement, douleurs dans les membres et les articulations, spasmes musculaires dans l’appareil digestif pouvant provoquer des indigestions. À cause des liens existants entre vitamine D et bon fonctionnement du système immunitaire, votre ami pourrait aussi facilement attraper ou avoir du mal à se débarrasser d'un virus aussi banal que le rhume, dit Fuhrman.

Ce qui pourrait arriver de pire
Si votre ami continue à vivre comme un vampire et que son taux de vitamine D reste insuffisant pendant un certain nombre d’années, il pourrait s’exposer à des risques plus élevés de calvitie voire même de cancer, selon Fuhrman. Des études ont démontré la relation entre de faibles taux chroniques de vitamine D et certaines pathologies comme Alzheimer, les maladies cardiovasculaires et les différents types de diabète. Ceci dit, des recherches plus approfondies seront nécessaires avant de pouvoir établir les causes et effets de ces conséquences à long terme.

Que dire à votre ami
S’il trouve un moyen de s’exposer à la lumière ambiante, même si c’est à travers la fenêtre de son bureau et pendant quelques minutes seulement, votre ami régulera sans doute mieux son taux de mélatonine et, de fait, améliorera la qualité de son sommeil et s'épargnera les effets déprimants du manque de soleil, explique Alex Korb, neurologue à l'université de Los Angeles et auteur de The Upward Spiral : Using Neuroscience to Reverse the Course of Depression, One Small Change at a Time. Investir dans une lampe de luminothérapie est également une option.

Cependant, passer du temps derrière une fenêtre n’apportera pas de solution au problème de carence en vitamine D, car le verre bloque les rayons UV nécessaires à la fabrication de cette dernière. (Sachez que vous pouvez quand même attraper des coups de soleil à travers le verre parce que les rayons UVA le traversent.) Sortir pour s’imprégner des rayons du soleil pourrait être bénéfique, mais la crème solaire bloque les rayons UVB. La production de vitamine D de votre ami en souffrira. De plus, le soleil est un cancérigène connu : il est donc difficile de garantir qu’il se soit assez exposé à la lumière naturelle pour accroître son taux de vitamine D sans augmenter les risques de cancer de la peau.

Un supplément de vitamine D résoudra temporairement le problème jusqu’à la prochaine visite médicale de votre ami. En France, les apports nutritionnels conseillés sont de 200 unités par jour, soit 5µg quotidiens. C'est peu : pour Furhman, la plupart des adultes ont plutôt besoin de suppléments à hauteur de 1000 à 2000 UI par jour. Les suppléments sont considérés sûrs jusqu’à 4000 UI. Votre ami peut également puiser davantage de vitamine D dans les produits laitiers et les céréales de petit déjeuner ainsi que dans les poissons gras comme le saumon (85g peuvent contenir jusqu'à 400 UI).