Des seaux d'uranium auraient irradié les visiteurs du Grand Canyon

L'un des gérants du parc national américain a révélé que trois seaux d'uranium avaient été entreposés dans le bâtiment d'un musée entre 2000 et 2018.

|
01 mars 2019, 7:00am

Des images du déplacement des seaux. Image : Elston Stepheson/AZcentral

De l'uranium a peut-être exposé les visiteurs du Grand Canyon a des niveaux de radiation dangereux entre 2000 et 2018, affirme le directeur de l'hygiène et de la sécurité du parc national américain.

Elston « Swede » Stephenson affirme que trois seaux de 5 gallons — environ 20 litres — d'uranium ont été entreposés dans le bâtiment des collections d'un musée du parc à partir de 2000, rapporte un article publié lundi 19 février par AZCentral.

L'article comprend la présentation en 45 slides dans laquelle Stephenson présente ses découvertes. Le lanceur d'alerte estime que les adultes ont pu être exposés à des niveaux de radiation 140 fois supérieurs à la limite fixée par la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis. Les enfants exposés à l'uranium pourraient avoir reçu des doses 1400 fois supérieures à la limite de sécurité.

Les seaux étaient entreposés dans une salle avoisinant une exposition de taxidermie populaire auprès des touristes. Stephenson affirme qu'il suffisait des quelques secondes (pour les enfants) à 30 secondes (pour les adultes) dans la zone contaminée pour subir les effets néfastes des rayonnements.

Les niveaux de radiation mesurés à proximité de l'uranium atteignaient les 3.9 milliroentgen par heure, signale un rapport du manager de la sécurité régional du parc, soit sept fois la limite recommandée par la Commission de réglementation nucléaire. Cependant, le même rapport signale que les niveaux de radiation à zéro à 1,5 mètre des seaux.

Le 11 février dernier, Stephenson a alerté le Secrétaire à l'intérieur David Bernhardt et l'Inspectrice générale adjointe Mary Kendall par mail. Il écrit : « Avec tout le respect que je vous dois, il était immoral de ne pas informer Notre Peuple, et je ne pouvais plus risquer ma certification (en hygiène et sécurité) en laissant tout ceci continuer. »

En juin 2018, Stephenson a demandé des techniciens de transporter l'uranium dans la mine Orphan, à environ trois kilomètres du Grand Canyon Village. Des vidéos montrent que les membres de l'équipe ont manipulé les seaux à l'aide de gants de ménage et disposé les rochers radioactifs dans un camion avec un balai.


Emily Davis, porte-parole du Parc national du Grand Canyon, a annoncé que les affirmations de Stephenson allaient être vérifiées par une enquête de l'Occupational Safety and Health Administration (OSHA) et de l'Arizona Department of Health Services.

« Les employés du parc et le public ne risquent rien actuellement » a-t-elle déclaré à AZCentral. « Les informations dont je dispose indiquent que les cailloux ont été déplacés, et qu'il n'y a pas de danger. »

Stephenson raconte que les seaux de minerai ont été découverts en mars 2018 par le fils adolescent d'un employé du parc, décrit par USA Today comme un « passionné du compteur Geiger ». Le garçon a découvert des relevés anormalement hauts dans la cave du Museum Collections Building (2C), au sein du Grand Canyon Village.

Stephenson affirme que le problème a été porté à son attention lors d'un audit de sécurité. Parlant de « mauvais mojo », il a demandé l'aide de spécialistes du service des parcs nationaux. Ce sont eux qui ont déplacé l'uranium en juin dernier.

Stephenson aurait décidé de se transformer en lanceur d'alerte après que le bureau des parcs nationaux a refusé d'avertir les individus qui pourraient souffrir de séquelles après une exposition aux radiations. La contamination radioactive augmente le risque de cancer, particulièrement lorsque l'individu est exposé aux rayonnements pendant son enfance.

Reste à déterminer si quiconque a été exposé à des niveaux de radioactivité dangereux en visitant le Grand Canyon Village entre 2000 et 2018.

Motherboard est aussi sur Facebook, Twitter et Flipboard.