On a découvert un nouveau type de dune sur Mars

Aucune trace de ver des sables pour le moment.

|
juil. 1 2016, 9:37am

L'image de dunes désertiques balayées par le vent est forcément évocatrice, tant elle a servi d'inspiration à une foule d'œuvres de fiction, du Dune de Frank Herbert jusqu'aux paysages de Tatooine, en passant par des jeux indépendants tels que Journey. Mais en plus d'être propices à l'imagination, les dunes sont surtout d'excellents indicateurs de l'histoire et de la dynamique des planètes sur lesquelles elles se trouvent.

Prenez par exemple la découverte tout à fait fascinante d'un nouveau type de ride de sable comparable à une dune sur Mars, que rapportait la revue Science ce jeudi. Ces formations d'un genre nouveau sont en quelque sorte des intermédiaires entre deux types de structures rencontrées sur notre planète – les grandes dunes que l'on trouve dans le désert, et les petits amas de sable de dix centimètres de haut à peine. Hautes de quelques mètres, ces dunes ne ressemblent à rien de connu sur Terre, ni ailleurs.

Les recherches dirigées par le géologue Mathieu Lapôtre ont permis de confirmer l'existence de ce troisième type de « litage », le terme qui désigne les structures sédimentaires formées par l'air ou l'érosion, grâce à des observations du champ de dunes de Bagnold menées par Curiosity. Des images satellite ont également été utilisées pour étudier les dunes depuis l'orbite de la planète.

« On a pu observer ces dunes de quelques mètres de haut un peu partout sur la planète, quelles que soient la latitude ou l'altitude, m'a raconté Lapôtre par e-mail. Mais à certains endroits, nous avons pu observer pour la toute première fois deux types de rides de sable (hautes de quelques centimètres ou de quelques mètres) qui se superposaient au sommet des dunes. »

« La coexistence de ces trois types de litages remet en cause ce que nous pensions savoir des structures de sable formées par le vent. »

Image prise au champ de dunes de Bagnold, cratère de Gale, Mars. Image: NASA/JPL-Caltech/MSSS

Cette forme inédite s'explique essentiellement par la faible densité de l'atmosphère martienne, qui permet à ces motifs ondulés de se développer de manière comparable aux reliefs nés de l'érosion dans les fleuves terrestres. Cela indique non seulement que les litages martiens sont plus complexes qu'on ne le pensait, mais aussi qu'on peut les étudier pour en apprendre davantage sur l'histoire de l'évolution de la planète.

« Étant donné que la taille des dunes varie en fonction de la densité de l'atmosphère au moment de leur formation, des dunes "fossiles" découvertes sur Mars peuvent nous renseigner sur l'environnement passé de Mars, explique Lapôtre. Pour étudier l'évolution passée de l'atmosphère martienne, nous devons donc observer davantage le grès qui s'est formé au cours des transitions climatiques. »

Curiosity au milieu des dunes de Bagnold. Image: NASA/JPL/MSSS/Justin Cowart

Et pourquoi se limiter à Mars ? Certes, c'est là que ces dunes d'un genre inédit ont été identifiées pour la première fois, mais selon Lapôtre, il n'y a aucune raison qu'on ne les trouve que sur la Planète Rouge.

De fait, il est probable qu'on en trouve beaucoup sur d'autres mondes possédant une faible densité atmosphérique, comme par exemple Pluton ou la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, où se trouve la sonde Rosetta.

« Rosetta a observé des formations qui ressemblent à des dunes sur la comète, mais les images fournies par New Horizons sur Pluton sont probablement trop grossières pour pouvoir distinguer des dunes de ce genre », note Lapôtre.

Autrement dit, dépêchons-nous d'envoyer la nouvelle génération de rovers et de modules explorer l'espace, afin d'étudier la grande variété de dunes que nous y trouverons assurément. C'est ce que Frank Herbert aurait voulu.