Quantcast
La descente vers la base McMurdo. Image : Alan Light/Flickr

Dans les cercles de gamers basés en Antarctique

Caroline Haskins

Caroline Haskins

Dans les territoires glacés du continent le plus austral de la planète, des joueurs enfreignent la loi pour dominer Ingress, un jeu en réalité augmentée.

La descente vers la base McMurdo. Image : Alan Light/Flickr

Le 12 juillet dernier, le post le plus apprécié du subreddit r/Antarctica était une déclaration d'intention plutôt ambigüe émanant d'un certain DarthMewtwo :

"J'essaye de trouver quelqu'un à la base McMurdo. C'est pour un projet".

La requête a attiré l'attention d'un internaute se présentant comme un informaticien stationné à McMurdo, la plus grande base antarctique jamais construite et l'un des trois avant-postes de recherche américains du continent glacé. Sous le pseudonyme CainsCurse, il a répondu :

"Je peux peut-être t'aider, ça dépend de ce dont tu as besoin."

DarthMewto a poursuivi la conversation en expliquant qu'il vivait à Seattle et qu'il jouait au jeu mobile en réalité augmentée Ingress en compagnie de sa mère, elle-même installée à Newscastle, en Australie.

Ingress est sorti en 2013. Il a été développé par Niantic, le studio qui a donné naissance à Pokémon Go. Son gameplay repose sur la position des joueurs, qui incarnent des Agents affiliés à l'une des deux factions ennemies du jeu, les Éclairés et les Résistants. En se baladant dans le monde réel, ils accumulent des points d'actions et des items virtuels. Des millions de personnes venues du monde entier prennent part à l'affrontement, en ce moment même.

"Le but du jeu est de créer des triangles virtuels – les champs – dans des endroits réels pour les mettre sous contrôle de son équipe", explique DarthMewtwo dans son post. In fine, c'est l'équipe qui contrôle le plus grand territoire physique qui est désignée comme dominante.

Cependant, il y a un problème, selon DarthMewtwo. Les portables ne sont pas autorisés sur le réseau de la base McMurdo.

Le jour se lève au-dessus du Radarsat de la base McMurdo. Image : Alan Light

J'ai envoyé un message privé à DarthMewto pour lui demander pourquoi il souhaitait entrer en contact avec un Antarcticain. Après m'avoir indiqué qu'il s'appelait Zach, il m'a expliqué que son projet était lié à la stratégie d'Ingress.

Le jeu de Niantic repose sur des portails que les joueurs doivent hacker pour les placer sous le contrôle de leur équipe. En hackant d'autres portails, les joueurs peuvent former des triangles qui couvrent des régions entières et obtenir un avantage sur l'équipe adverse. Le jeu est rendu intéressant par le fait qu'empêcher une équipe de pirater un portail déjà sous contrôle peut s'avérer difficile dans les zones densément peuplées. D'un point de vue stratégique, il est donc intéressant de créer des triangles dans des coins reculés du globe, là où les portails sont moins vulnérables au hacking. Le contrôle de l'Antarctique, une terre quasiment vide de présence humaine, correspond donc à un objectif désirable dans Ingress : une fois acquis par une équipe, il sera quasiment impossible à reprendre par ses opposants.

C'est ce qui rend le continent austral si intéressant pour les passionnés d'Ingress comme Zach et sa maman. Au cours de notre discussion, Zach m'a expliqué qu'il pourrait essayer de créer un lien avec des portails situés en Antarctique lors de sa prochaine visite en Australie.

Thomas Scott, un joueur d'Ingress installé à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a pris part à une opération au cours de laquelle des liens entre son pays et l'Antarctique ont été créés. Contacté via Facebook par Motherboard, il m'a expliqué pourquoi les portails reculés étaient si convoités.

"Stratégiquement, ils sont placés d'une telle façon que la réponse de l'équipe adverse ne peut être que plus longue, a-t-il affirmé. Les portails en Antarctique sont intéressants aussi, parce qu'il n'y pas vraiment de manière d'empêcher quiconque de les lier à des portails néo-zélandais ou australiens."

Les portails antarcticains sont particulièrement difficile à former car, comme l'a indiqué CainsCurse, les téléphones portables n'ont pas leur place sur le réseau de McMurdo. De plus, le continent est complètement dénué d'antenne relais : tous les employés du programme polaire de la National Science Foundation (NSF) qui souhaitent accéder à Internet doivent accepter de suivre des "Règles de conduite pour systèmes d'information".

Les directives de la NSF stipulent qu'Internet peut être utilisé à titre personnel à la condition que les tâches officielles de la station ne s'en trouvent pas ralenties. Vous ne pouvez pas apporter de routeur Wi-Fi à McMurdo et il est interdit de perturber le réseau de la station de quelque façon que ce soit.

"À moins d'en avoir obtenu l'autorisation officielle, les employés n'ont pas la permission de perturber les systèmes d'information ou l'infrastructure réseau, expliquent les règles de la NSF. Les individus qui violent ces interdictions pourront être soumis à des sanctions administratives, des responsabilités civiles ou des poursuites criminelles."

Manifestement, cela n'a pas empêché les joueurs d'Ingress de tenter d'enrôler les employés de McMurdo.

"Je n'avais jamais fait quoi que ce soit avec l'Antarctique avant, m'a déclaré Zach dans un message privé. C'est juste que ça se sait qu'il y a eu des joueurs à McMurdo par le passé. J'ai essayé d'en atteindre par mes contacts internationaux mais je n'ai rien trouvé, évidemment. Là, je vais essayer de parler à des gens qui sont déjà allés là-bas et que je suis capable de retrouver."

D'après Zach, le premier joueur d'Ingress à hacker des portails en Antarctique s'appelait James "Snowman13" Thirteen. Dans un billet Google Plus intitulé "Operation Antarctica - Final Situation Report" et publié en février 2015, ce dernier décrit l'alliance crée par différents joueurs d'Ingress basés en Antarctique pour créer, hacker et relier des portails à McMurdo.

"Les règles de la station disent qu'on ne peut pas connecter les téléphones et les tablettes au Wi-Fi mais les gens le font quand même."

Ninatic créé des portails dans les zones peuplées. Pour les endroits moins fréquentés, il demande aux joueurs de lui soumettre des propositions qu'il approuvera ou rejettera : quiconque souhaite ouvrir un nouveau portail doit lui faire parvenir des photographies de l'endroit. Toute proposition qui contient des clichés non-originaux sera rejetée. Niantic veut s'assurer que les joueurs ne lui demandent pas de créer des portails dans des endroits qu'ils n'ont jamais fréquentés. En théorie, tout portail indique qu'un joueur d'Ingress s'est un jour trouvé à proximité.

James Thirteen a fait ouvrir plusieurs portails à McMurdo. Il n'était pas le premier : à son arrivée en Antarctique, plusieurs portails étaient déjà actifs.

Bien qu'il semble possible de contourner les règles de Niantic concernant les images non-originales, la page Google Plus de James Thirteen est couverte de photos de l'Antarctique manifestement originales. En décembre 2013, il a écrit qu'il se rendait régulièrement en Antarctique. Dans des billets datés de 2015 (l'année où il a écrit son rapport sur l'"Operation Antarctica") et 2016, il affirme qu'il se rend régulièrement à McMurdo pour des contrats saisonniers.

La plupart des employés de la station ont trouvé leur contrat par le biais d'agence de recrutement privées. Sur place, cependant, ils sont soumis aux règles de l'unique responsable de la station : la NSF. Dans "Operation Antarctica", James Thirteen explique qu'il a créé un hotspot Wi-Fi pour s'arroger un accès aux portails pendant ses séjours polaires. Difficile d'être plus clairement en violation des règles de la NSF. De toute façon, explique James Thirteen, la plupart des scientifiques en poste à McMurdo à cette époque n'avaient pas jamais entendu parler d'Ingress.

"Quand nous évoquions Ingress, même en l'identifiant clairement comme un jeu, nous recevions le plus souvent des regards interloqués", écrit-il.

Certains joueurs ont beaucoup profité des efforts de James Thirteen. Grâce à lui, ils ont pu créer des liens inter-portails reliant l'Antarctique et la Nouvelle-Zélande. Dans un billet Google Plus publié en 2015, Thomas Scott raconte comment des dizaines de joueurs venus de plusieurs pays ont créé une chaîne de portails couvrant 2 360 kilomètres carrés.

Peter West, l'un des porte-parole du programme polaire de la NSF, m'a expliqué pourquoi l'usage personnel du réseau de McMurdo était limité.

"L'une des raisons pour lesquelles nous avons besoin de télécommunications entre l'Antarctique et d'autres parties du monde est la transmission de données scientifiques, mais aussi de communications dont dépend le bon fonctionnement des stations, détaille-t-il dans un mail adressé à Motherboard. Il y a un peu de bande passante disponible pour les emails personnels mais le réseau n'a pas été établi pour une utilisation privée."

Une personne actuellement employée à McMurdo nous a indiqué qu'elle n'avait pas vu de joueurs d'Ingress dans la station.

"Les règles de la station disent qu'on ne peut pas connecter les téléphones et les tablettes au Wi-Fi mais les gens le font quand même, a-t-elle ajouté sous couvert d'anonymat. C'est juste que ces gens n'ont pas vraiment l'air d'être branchés par ce genre de truc. En général, nous n'avons pas notre portable sur nous."

La page officielle d'Ingress sur Google Plus a partagé un post de James Thirteen illustré par cette image, qui montre clairement que l'homme jouait en Antarctique.

La page Google Plus d'Ingress, un lieu de rendez-vous de référence pour les joueurs, encourage ouvertement les internautes à lancer Ingress tout autour du monde, y compris en Antarctique. Comme les joueurs peuvent lier leur profil Ingress à leur Google Plus, le réseau social de Google s'est transformé en base pour la communauté. À sa naissance, Niantic était une startup interne à Google.

J'ai contacté Andrew Krug, le community manager de Ninatic, pour lui demander si l'entreprise avait conscience des limitations imposées à l'utilisation personnelle du Wi-Fi en Antarctique. Krug m'a fait parvenir sa réponse dans un document Word qui m'a été transmis par Yafine Lee, une employée de Fortyseven Communications, l'entreprise que Niantic paye pour assurer ses relations publiques.

"Niantic attend des joueurs d'Ingress qu'ils respectent les lois et régulations, comme indiqué dans nos conditions d'utilisation, écrit Krug. De plus, quiconque souhaite nous adresser une question ou faire état d'un comportement inapproprié peut contacter notre équipe d'assistance sur une page dédiée de notre centre d'assistance en ligne."

Lorsque j'ai échangé avec Krug, en août dernier, il m'a indiqué que 17 portails avaient été ouverts en Antarctique mais que trois seulement étaient sous contrôle d'une équipe. Les joueurs doivent être à proximité d'un portail pour le capturer, mais peuvent le tenir en le "chargeant" à distance. Ce processus peut être effectué jusqu'à 4 000 kilomètres du portail en question. Comme la Nouvelle-Zélande est à seulement 1 400 kilomètres de McMurdo, il est tout à fait possible qu'il n'y ait pas eu un seul joueur d'Ingress dans la base polaire en août dernier.

Au cours des derniers jours, j'ai tenté de découvrir des plans d'ouverture de nouveaux portails à McMurdo. Pour ça, j'ai utilisé l'Intel Map d'Ingress et ouvert l'onglet "Missions", qui montre quelles tâches les joueurs peuvent accomplir dans la zone dans laquelle ils se trouvent. Lorsque j'ai placé la carte sur la station McMurdo, l'onglet m'a proposé quatre missions différentes.

Deux des tâches disponibles avaient déjà été complétées par deux et quatre joueurs respectivement. Cela signifie qu'il y a entre quatre et six joueurs à McMurdo en ce moment-même, mercredi 25 octobre.

Trois screenshots de l'onglet "Mission" de l'Intel Map d'Ingress effectué le 25 octobre 2017. Ces onglets montrent qu'entre deux et quatre joueurs ont été actifs en Antarctique au cours des dernières semaines.

J'ai également activé la fonction "Comm" de l'Intel Map, qui permet aux joueurs d'entrer en contact avec d'autres joueurs présents aux alentours, et restreint ma zone de communication à la base McMurdo.

La fonction Comm m'a révélé une activité remontant au 22 octobre dernier, ce qui suggère que des joueurs ont tenté de créer un lien intercontinental avec McMurdo.

Je me suis adressé au joueur @SolarQuest33 sur Telegram, une application populaire dans la communauté d'Ingress, avec le pseudonyme que j'avais utilisé dans l'onglet "Comm". Celui-ci m'a indiqué qu'il ne s'était jamais rendu à McMurdo, mais qu'il avait déjà parlé à deux joueurs qui prétendaient être passés par la base polaire. L'un d'entre eux était James Thirteen.

"À ma connaissance, il n'y a pas de projet [de connexion de portails] au programme, m'a-t-il indiqué. La communauté [d'Ingress] est très petite là-bas [à McMurdo]."

@SolarQuest33 m'a recommandé de tenter de contacter Thirteen et l'autre joueur à l'aide du Comm. J'ai essayé, aucun d'entre eux ne m'a répondu.

Une capture d'écran de la fonctionnalité "Comm" de l'Intel Map prise le 20 octobre 2017. Le joueur @SolarQuest33 recommande à un joueur d'installer l'application de messagerie Telegram.

Sur la page Google Plus d'Ingress, le dernier message qui évoque l'Antarctique est daté du 29 août. Il est signé d'un certain Hugo Contreas et montre un lien entre l'Argentine et l'île du Roi-George, une île de l'Antarctique sur laquelle est établie une base de recherche gérée par l'Institut Antarctique Chilien (INACH). Les règles de cette station concernant le Wi-Fi sont encore plus dures que celles de la NSF : l'utilisation personnelle du réseau est tout simplement interdite.

"Il n'y a pas d'accès à divers sites Internet, comme Facebook ou YouTube, seuls les plate-formes d'email sont privilégiées", peut-on lire dans une version traduite des règles de l'INACH.

Contreas n'a pas immédiatement répondu à mes questions sur le portail de l'île du Roi-George.

Les liens vers les portails de McMurdo ont tous disparu. En fait, la dernière indication d'un lien intercontinental réussi que j'ai pu trouver remonte à avril 2016.

Thomas Scott pense que ce manque de liens est dû au fait qu'Ingress a décidé de combattre le spoofing géographique. Les joueurs "spoofent" en manipulant leurs coordonnées GPS de sorte que le jeu les situe à un endroit où ils ne se trouvent pas. D'après Scott, la Nouvelle-Zélande a un problème particulièrement sérieux avec le spoofing. Résultat : les liens entre son pays et l'Antarctique ont été pris pour cible par des spoofers et désactivés.

Il est possible que la NSF s'en soit prise aux joueurs d'Ingress installés à McMurdo. Andrew Savy, qui a travaillé à la création d'un lien intercontinental avec les portails situés en Antarctique en 2016, m'a expliqué dans un échange sur Messenger qu'au moins un joueur d'Ingress se rend régulièrement à la station pour des contrats saisonniers. Il ne m'a pas précisé s'il s'agissait de James Thirteen.

"Le spoofing est un problème, et nous comptons sur notre agent qui travaille à McMurdo pour nous indiquer au mieux si d'autres agents sont présents sur place", m'a expliqué Savy.

La dernière fois que j'ai parlé à Zach, il était toujours décidé à trouver un agent installé en Antarctique pour jouer avec sa mère.

"Je n'abandonnerai jamais, m'a-t-il lancé. Même si aucun portail ne fonctionne cette saison, il y en aura peut-être l'année prochaine ! Et je me rends en Australie une fois par an environ, il y aura beaucoup d'opportunités !"