Une révolution par minute : on est allé à l'Ethereal Summit

Sushi inscrits dans la blockchain et méditation guidée par un charlatan New Age, on a trouvé de tout dans cet événement pour cryptomonnayeurs à 1 000 euros les deux jours.

|
mai 30 2018, 8:19am

La révolution ne sera pas télévisée, mais elle sera forcément inscrite sur la blockchain.

Les 11 et 12 mai derniers, à l'Ethereal Summit, une conférence organisée par le studio de développement de logiciel blockchain Consensys, tous les présentateurs de projets ont décrit leur travail comme « révolutionnaire ». La manière dont les artistes visuels collaborent et vendent leurs œuvres est en pleine révolution blockchain ; la blockchain révolutionne l’économie pétrolière de l’Arabie Saoudite ; la technologie des registres distribués révolutionne la façon dont les musiciens montent des groupes ; la façon dont nous consommons des sushi est en train d’être... Révolutionnée, oui.

Le fait que cette « révolution » semble être le mot à la mode est intéressant. D’un côté, le mot révolution suggère un bouleversement majeur, une déstabilisation de l’ordre naturel des choses. Compte tenu du passé, les Américains ont tendance à mettre sur le même plan révolution et progrès (et fuite de l’oppression), même si bien des révolutions se sont achevées par des dictatures brutales. Une révolution est également un terme technique qui décrit un mouvement rotatif autour d'un axe fixe. Dans ce cas, chaque révolution vous ramène exactement à l’endroit où vous avez commencé. Il est souvent difficile de dire quel usage du mot était employé par les révolutionnaires auto-proclamés du sommet, un évènement à 1 000 euros par tête hébergé dans un espace culturel de Brooklyn.

Consensys est une entreprise multinationale fondée par Joseph Lubin, l'un des co-créateurs d’Ethereum, qui est devenu milliardaire grâce à un investissement précoce dans le token d’origine d’Ethereum, l’ether. Consensys compte aujourd'hui plus de 800 employés et presque toutes les entreprises présentes au sommet étaient affiliées à Consensys d’une façon ou d’une autre, que ce soit en tant que membre du lab de l'entreprise (en sa qualité d’incubateur de start-ups) ou dans un rôle de conseil. À cet égard, Consensys est une sorte de Ycombinator du monde des cryptomonnaies —l’entreprise apporte tout son soutien aux idées basées sur la blockchain dont elle estime que les chances de réussite sont élevées. Ce soutien financier lui a permis de s'introduire dans de nombreux domaines, comme la distribution musicale ou l’exploitation minière des astéroïdes.

Le sommet Ethereal est avant tout un évènement lié à l’industrie mais encourage aussi les ambitions créatives relatives à la blockchain. Ainsi, il proposait des installations artistiques ainsi qu’une vente aux enchères où un Cryptokitty s’est vendu pour 115 000 euros d’ether. Le charlatan New Age Deepak Chopra était également convié et proposait des méditations guidées dans la cour intérieure. Personne — pas même Lubin — ne pouvait expliquer la présence de Chopra. « Je pense que c’est lui qui nous a contacté pour venir » m’a déclaré Lubin quand je lui ai posé la question.

La participation de Chopra semblait cependant appropriée. Chopra s’est fait connaître grâce à une combinaison d’accompagnement spirituel et de buzzwords comme « quantum », au grand dam des vrais scientifiques qui se sont fait un point d’honneur à dénoncer l’utilisation abusive des concepts scientifiques par Chopra. Ce fourre-tout de hype et de science est incontestablement familier à ceux qui travaillent dans les bases de données distribuées, un domaine où le terme « blockchain » a été dilué au point d’être pratiquement devenu vide de sens. À mon avis, la seule chose qui manquait à cette conférence était un bar servant des cocktails Long Island Ice Tea. Voici notre visite visuelle du second Ethereal Summit de New York. Si l'on en croit ses participants, c’est également un aperçu du futur.

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

Eva Kaili est membre du Parlement européen et représente le mouvement socialiste panhellénique grec. Pendant le sommet, elle a expliqué comment l’Union Européenne abordait la question de la législation autour de la blockchain.

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

Viant est une des startups affiliée à Consensys. Elle veut créer des chaînes logistiques plus transparentes. Elle travaille avec des pêcheurs philippins pour suivre les migrations de poissons de leur prise à leur consommation en utilisant des balises RFID pour enregistrer chaque poisson sur la blockchain Ethereum.

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

Après une courte vidéo présentant le procédé, les participants ont pu déguster des sushi préparés avec le poisson pêché sur la blockchain Ethereum.

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

Ce Cryptokitty a été spécialement conçu pour le sommet Etheral et a été vendu aux enchères pour $140 000. Les enchères ont été organisées par Codex Protocol et les bénéfices seront utilisés par la nouvelle Foundation for Art and Blockchain pour financer les projets artistiques basés sur la blockchain.

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

« HODLism: An Initial Soul Offering » est une installation artistique interactive dans laquelle les utilisateurs saisissent une prière au « Père Satoshi » dans une borne. Cette prière est ensuite convertie en une clé personnelle utilisée par la suite pour essayer d’ouvrir le vrai portefeuille Bitcoin de Satoshi Nakamoto, dont on estime qu’il contient plus d'un million de bitcoins.

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

L’autel HODLism comprenait également une photo de Vitalik Buterin, le fondateur d’Ethereum, et une image de Dorian Nakamoto, un homme japonais qu’on a cru être le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, l’inventeur du Bitcoin.

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

La borne HODLism, où les utilisateurs peuvent entrer leur prière à Satoshi.

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

L'événement proposait aussi des progiciels physiques old school.

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

Mais à la place de la dernière version de Windows, ces boîtes étaient conçues pour accueillir des malwares de cryptojacking comme WannaMine, qui exploitent des failles découvertes par la NSA pour extraire la cryptomonnaie des ordinateurs d’utilisateurs innocents.

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

Les participants du sommet Ethereal pouvaient faire une pause en prenant part aux méditations guidées dans la cour extérieure. La dernière méditation du samedi a été conduite par Deepak Chopra.

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

Un artiste peint un tableau pour Cellarius, une « franchise cyberpunk transmédiatique qui optimise la technologie blockchain et les ressources crées par les utilisateurs eux-mêmes pour créer une histoire collective gérée par les fans. »

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

Aya Miyaguchi, la directrice général de l'Ethereum Foundation, a donné une conférence sur le sujet « Pourquoi je m’intéresse à Ethereum et pourquoi vous devriez en faire autant ».

Image: Daniel Oberhaus/Motherboard

« Bienvenue dans le futur décentralisé. » L'avenir nous le dira.