Le documentaire qui a inspiré 2001 : L’Odyssée de l’espace

Le chef-d'oeuvre de Kubrick doit en partie son existence à un documentaire relativement obscur sorti huit ans plus tôt : "Universe."

|
févr. 14 2017, 8:00am

Lorsque 2001 : L'Odyssée de l'espace de Stanley Kubrick est sorti au cinéma en 1968, il a immédiatement été considéré comme un chef-d'œuvre. D'un point de vue tant technique que thématique, il s'agissait d'une œuvre sans précédent, qui, grâce à la collaboration de Kubrick et Arthur C. Clarke, s'est avéré être le film plus scientifiquement exact jamais réalisé sur les voyages spatiaux.

Ce que l'on sait moins, c'est que ce bijou cinématographique doit en partie son existence à un documentaire obscur sorti huit ans plus tôt : Universe.

Sponsorisé par l'Office national du film du Canada et réalisé par Roman Kroitor et Colin Low, Universe constitue une sorte de précurseur de Cosmos de Carl Sagan (1980). Le film met en vedette l'astronome Donald MacRae, qui à travers l'œil de son télescope se demande « ce que les premiers hommes à quitter la Terre trouveront, au-delà des étoiles. »

Il en résulte une odyssée magnifique de plus d'une demi-heure dans notre système solaire. Le film sera nommé à la 33e cérémonie des Oscars dans la catégorie meilleur court métrage documentaire, en 1961. Bien qu'il n'ait pas gagné, il remportera le prix de jury à Cannes pour la qualité de son animation. La NASA a été tellement impressionnée par Universe qu'elle en a immédiatement commandé 300 copies qui seront distribuées à des fins éducatives.

Universe a également fait grande impression sur Stanley Kubrick, selon son biographe Vincent Lobrutto.

« Tandis que le film défilait devant ses yeux, Kubrick le fixait avec une attention croissante. Les galaxies tournoyaient devant lui avec un niveau de réalisme visionnaire qui ne pouvait que le fasciner. C'était exactement ce qu'il voulait pour ses propres films », explique Lobrutto dans une notice nécrologique pour Colin Low. « Ces images n'avaient pas les caractéristiques courantes des films de science-fiction de l'époque, avec leurs animations misérables, leur lumière fluorescente et leurs multiples excès. Universe a prouvé que la caméra pouvait ses substituer au télescope pour observer les cieux. »

Kubrick finira par embaucher Wally Gentleman, qui a travaillé sur les effets optiques de Universe, pour l'aider sur 2001 : l'Odyssée de l'espace. Il a également enrôlé le narrateur du documentaire, Douglas Rain, pour faire la voix de HAL 9000. Même la musique d'ouverture de Universe rappelle « Ainsi parlait Zarathoustra » de Richard Strauss, qui est au centre du chef-d'œuvre de Kubrick.

Prenez un peu de pop-corn, asseyez-vous confortablement et profitez d'un petit tour dans l'univers des astronomes qui travaillaient il y a 57 ans, un temps où Vénus était encore un « mystère total » et où il était « presque certain » que Mars abrite la vie.