Quantcast
Donald Trump

L'artiste qui a peint Trump avec un micropénis s'est fait bannir de Facebook

L'artiste féministe dont le tableau a fait le tour du web se retrouve exclue de son propre compte Facebook.

Jenn Hoffman

Jenn Hoffman

Image : Illma Gore.

Cette image vous choque ? Si oui, vous n'êtes visiblement pas le seul. Cette image de Donald Trump dans le plus simple appareil, dont la virilité a simplement été recouverte d'une bande noire, fait l'objet d'une véritable shitstorm sur les réseaux sociaux qui a abouti au bannissement de Facebook de son auteure.

Illma Gore, une artiste féministe basée à Los Angeles, a eu l'idée de ce tableau en lisant des articles sur le candidat à la présidentielle américaine. Elle a alors eu l'idée du slogan « You can be a massive prick, despite what is in your pants » (« Tu peux être une grosse bite, quoiqu'il y ait dans ton pantalon »), et a utilisé ses pastels pour mettre son idée en images. Dans la version non censurée, Trump est représenté avec un micro-pénis, connu aussi sous le nom de « baby dick » en argot américain.

Peu après qu'elle ait posté l'image sur un groupe féministe secret sur Facebook, celle-ci s'est rapidement diffusée sur Twitter, Instagram et Snapchat, faisant ensuite l'objet d'articles sur des dizaines de sites d'info.

Sauf que tout le monde n'a pas apprécié de voir passer la bite de Trump sur sa timeline. Peu après son post originel, le 10 février dernier, Facebook l'a informée que son compte était suspendu à titre temporaire. Depuis, le site la bloque régulièrement pour des périodes de trois jours, à chaque fois qu'elle reposte l'image. Mais pourquoi donc reposter sans cesse une image qui lui vaudra à coup sûr de se faire bannir ? « Je le fais pour lutter contre la censure », explique-t-elle.

Lundi après-midi, Facebook a informé Gore qu'elle était à nouveau bannie temporairement. Le message indiquait que la mesure durerait 13 heures, mais cela fait désormais 4 jours qu'elle ne peut plus accéder à son compte et elle ignore quand Facebook lui ouvrira à nouveau ses portes.

Les conditions générales de Facebook stipulent que les contenus « pornographiques » ou « contenant de la nudité » sont strictement interdits. Étant donné que l'image représentant Trump est censurée avec soin, Gore a demandé à Facebook d'expliquer ce qui lui valait son exclusion, mais elle n'a pas reçu de réponse.

« Je n'ai aucun retour de Facebook, alors que je les ai contactés au sujet de ma liberté d'expression. J'ai été exclue sans raison pour avoir diffusé l'une de mes œuvres », affirme Gore.

L'image n'a pourtant pas été bannie de Twitter, de Tumblr ou d'Instagram, qui appartient à Facebook.

EBay a d'abord tenté d'empêcher Gore de vendre l'œuvre originale (non censurée) sur son site, avant de faire machine arrière, concédant que celle-ci entrait dans la catégorie « art » où la nudité est tolérée. Au moment où nous écrivons, l'enchère s'élève à 1,300,000$. Gore affirme qu'elle fera don d'une partie de la somme à une association qui s'occupe d'adolescents sans abri.

Mais comment Trump lui-même a-t-il réagi à cette controverse ? Gore raconte qu'une personne se présentant comme un membre de l'équipe juridique du candidat lui a téléphoné pour lui demander d'effacer toute trace de l'œuvre, faute de quoi elle serait poursuivie en justice.

En réponse à ces menaces, Gore a rendu l'image téléchargeable gratuitement sur son site : www.illmagore.com.