Une unique transaction Bitcoin consomme autant d'énergie qu'une maison en une semaine

La flambée du prix du Bitcoin s'assortit d'une augmentation dramatique de la consommation électrique des mineurs.

|
nov. 3 2017, 12:55pm

Image : Shutterstock

La valeur du Bitcoin a grimpé en flèche cette année, proportionnellement à la consommation électrique des mineurs : ceux-ci doivent utiliser des ordinateurs de plus en plus puissants afin de continuer à extraire la monnaie numérique.

L'index de l'analyste Alex de Vries, Digiconomist, estime qu'avec les prix actuels, les mineurs doivent consommer plus 24 térawattheures d'électricité par an pour résoudre les énigmes cryptographiques de plus en plus complexes qui leur permettront d'obtenir de nouveaux Bitcoins. C'est à peu près ce que consomme le Nigeria, un pays de 186 millions d'habitants, en un an.

On totalise une moyenne de 215 kilowattheures (KWh) d'énergie par transaction Bitcoin (il y a actuellement 300 000 transactions par jour environ). Sachant que le ménage moyen américain consomme 901 KWh par mois, chaque transfert de Bitcoin représente assez d'énergie pour faire fonctionner une maison bien équipée pendant près d'une semaine. De même, l'indice de De Vries montre que les mineurs Bitcoin du monde entier consomment assez d'électricité pour alimenter 2,26 millions de foyers américains simultanément.

Exprimer l'utilisation d'énergie nécessaire au réseau Bitcoin sur la base d'une transaction est certes une abstraction, mais une abstraction utile. Sachant que le réseau Bitcoin utilise x énergie au total et que cette énergie permet de vérifier/sécuriser environ 300 000 transactions par jour, on peut évaluer le coût énergétique d'une transaction, sachant qu'une transaction vérifiée est le produit fini vers lequel tendent toutes les activités du réseau.

Depuis 2015, la consommation d'électricité du réseau Bitcoin est démesurément élevée en comparaison des méthodes de paiement numériques conventionnelles. C'est parce que le prix en dollars du Bitcoin est directement proportionnel à la quantité d'électricité nécessaire à une exploitation rentable. Comme le prix du Bitcoin augmente, les mineurs se dotent de machines à la puissance de calcul toujours plus importante afin de miner de nouveaux Bitcoins et régler les frais de transaction.

Il est impossible de savoir précisément quelle quantité d'électricité est utilisée par le réseau Bitcoin. Nous pouvons néanmoins calculer rapidement l'énergie minimale nécessaire à son fonctionnement, en supposant que tous les mineurs utilisent le matériel le plus efficace possible, sans perte d'efficacité due à la dissipation de la chaleur. Pour ce faire, nous avons utilisé une méthodologie très simple détaillée dans un précédent article de Motherboard ; elle nous donne une approximation d'un peu plus d'un gigawatt pour l'exploitation minière globale.

Cela signifie que, au minimum, l'exploitation minière du Bitcoin dans le monde pourrait fournir les besoins quotidiens en énergie de 821 940 foyers américains moyens.

En d'autres termes, l'exploitation minière Bitcoin représente un minimum de 77KWh d'énergie consommée par transaction Bitcoin. Même s'il s'agit là d'une valeur basse irréaliste, ce chiffre demeure très élevé : comme l'écrivait Teunis Brosens, économiste à la banque néerlandaise ING, cette énergie suffirait à alimenter sa propre maison aux Pays-Bas pendant près de deux semaines.

L'estimation la moins optimiste de Digiconomist pour le coût énergétique d'une transaction se situe maintenant autour de 215 KWh. C'est plus que suffisant pour remplir deux batteries Tesla, faire fonctionner un réfrigérateur / congélateur pendant une année complète, ou faire bouillir 1872 litres d'eau dans une bouilloire.

Rappelons que le modèle de Vries n'est pas exact. Il fait des hypothèses sur les incitations économiques qui influent sur le comportement des mineurs à un niveau de prix donné, et fait des prédictions sur l'évolution de la consommation d'électricité dédiée au minage. En dépit du caractère hautement spéculatif de ces prédictions, il est clair que même avec une estimation basse de 77 KWh par transaction, nous avons un gros problème. À 215 KWh, nous avons un énorme problème.

Ce problème concerne les émissions carbone directement liées au fonctionnement du réseau Bitcoin. De Vries donne à titre d'exemple quelques estimations basées sur les données disponibles d'une mine Bitcoin alimentée à l'énergie extraite du charbon, en Mongolie. Il a conclu que cette mine, à elle seule, est responsable de 8 000 à 13 000 kg d'émissions de CO2 par Bitcoin et de 24 000 à 40 000 kg de CO2 par heure.

Comme l'a noté l'utilisateur Matthias Bartosik sur Twitter, la voiture européenne moyenne émet 0.1181 kg de CO2 par kilomètre parcouru. Donc, pour chaque heure de fonctionnement de la mine mongole, cette dernière produit l'équivalent en CO2 de plus de 203 000 kilomètres parcourus en voiture.

Tandis que le prix du Bitcoin s'envole, il en va de même de la consommation d'électricité des mineurs, et donc de leurs émissions carbone. J'ai demandé à de Vries s'il était possible de lutter contre ce problème.

"La blockchain est une technologie inefficace par définition : nous créons de la confiance en construisant un système basé sur la méfiance. Si vous ne faites confiance qu'à vous-même et à un ensemble de règles (le logiciel), vous devez valider tout ce qui se passe en vertu de ces règles. C'est le principe même d'un nœud de la blockchain", nous explique-t-il par DM.

Afin de faire vivre un système de paiement décentralisé fonctionnel et fiable, Bitcoin impose aux utilisateurs des contraintes très coûteuses, comme une consommation d'électricité importante et une faible capacité de transaction. Les améliorations proposées, comme SegWit2x, promettent de doubler le nombre de transactions que peut gérer le réseau Bitcoin et de réduire sa congestion. Mais parce que le Bitcoin est des milliers de fois moins efficace qu'une carte de crédit pour effectuer une transaction, SegWit2x sera incapable de changer la donne.

Dans le contexte du changement climatique, la question de l'empreinte environnementale de Bitcoin est plus que légitime, et doit orienter le développement de la cryptomonnaie. Que voulons-nous en faire ? Les transactions doivent-elles systématiquement contourner les tiers de confiance (comme les banques et les sociétés de cartes de crédit), qui peuvent être beaucoup plus efficaces que le réseau décentralisé de Bitcoin ? Aussi imparfaites que soient ces institutions financières, pour la plupart d'entre nous, la réponse est très probablement non.