Sur Steam, les racistes prospèrent

La plateforme de Valve est modérée avec un tel laxisme qu'elle s'est transformée en refuge pour gamers racistes et sexistes.

|
oct. 23 2017, 7:00am

En 2014, Valve a doté sa plateforme de distribution Steam d'une nouvelle fonctionnalité conçue pour aider ses 125 millions de membres à naviguer dans le flot permanent de nouvelles sorties. Appelée Steam Curators, elle permet à des groupes ou des individus de créer des pages sur lesquelles ils recommandent des jeux. Motherboard, par exemple, pourrait lancer sa propre page Steam Curators pour conseiller ses lecteurs.

Pour promouvoir cette fonctionnalité et pousser ses utilisateurs vers des pages adaptées à leur goûts, Steam expose désormais six curateurs sur la page d'accueil de sa boutique. Mardi 17 octobre, le rédacteur en chef du site d'actualités vidéoludiques Let's Play Video Games, Joe Parlock, a tweeté un screenshot montrant que l'un des "curateurs stars" du moment portait le nom "dank memes for faggots" - "mèmes frais pour les pédés".

J'ai contacté Valve pour leur demander comment une telle chose avait pu se produire, mais je n'ai pas obtenu de réponse.

Steam est le plus grand distributeur de jeux vidéo du monde ; son influence sur la manière dont nous vivons l'expérience vidéoludique sur ordinateur est considérable. Le fait qu'il ait laissé une vanne homophobe s'étaler sur sa page d'accueil fait tache. Peut-être était-ce inévitable : la communauté est énorme, elle jouit d'une grande liberté de création et Valve est réputé pour sa politique de modération laxiste.

Ce que Parlock a vu sur la page d'accueil de la boutique Steam n'est malheureusement que la partie émergée de l'iceberg. Si vous voulez voir de bien vilaines choses, recherchez les termes "Nazi", "Juif" ou "Trump" dans Steam curators. Vous obtiendrez ce genre de résultats :

J'ai envoyé une autre demande de commentaire à Valve pour leur demander pourquoi Steam débordait de curateurs et groupes racistes, homophobes et antisémites. Je n'ai pas obtenu de réponse.

Le chiffre à droite du nom du curateur indique son nombre d'abonnés. Comme vous pouvez le constater, aucun d'entre eux n'est particulièrement populaire. Ce n'est pas comme s'il existait une vaste communauté de racistes branchés curation vidéoludique sur Steam. En fait, la majeure partie de ces groupes ressemblent plus à des "blagues" racistes. C'est un truc courant chez les gamers. Le curateur Waifu Hunter, par exemple, ne s'intéresse qu'aux jeux qui contiennent des "anime ladies" attirantes.

Steam permet aussi à ses utilisateurs de créer des "groupes", des communautés formées autour d'un jeu, d'un intérêt commun… En effectuant une recherche dans ces groupes avec le mot-clé "Nazi", j'ai découvert plusieurs communautés qui ne ressemblent pas à des blagues. Nationalsozíalismus -Neo-Nazis-, par exemple, se présente comme un "Groupe pour tous les Neo-Nazis et les Suprémacistes Blancs… Fuck jews. Fuck Blacks. Fuck Islam."

Le groupe ┼NAZI utilise la Double Sieg Ruine, l'insigne des SS, en photo de profil. Sa section "À propos" ne contient aucune information. Il compte 104 membres.

J'aimerais égrainer tous ces groupes ici et maintenant. Malheureusement, cela me prendrait sans doute des semaines : le terme "Nazi" donne 7 893 résultats dans les Steam Groups. Pour "Nigger", 4 520 résultats.

En cherchant "White power", j'ai découvert un groupe baptisé "Power to Whites", 85 membres. Dans sa section "À propos", il proclame : "Nous sommes un groupe dédié à l'assassinat des Juifs, des Estropiés, des Gays et des Noirs." Quelques lignes plus bas, on peut lire : "Si tu penses que ce groupe est sérieux:" Le lien ancré sur la phrase renvoie à la page WikiHow "Comment faire un noeud coulant".

Les "Règles et principes à suivre pour les discussions, évaluations et le contenu généré par les utilisateurs" de Steam stipulent clairement que les utilisateurs ne doivent pas "provoquer ou insulter les autres membres" et qu'il leur est interdit de publier du contenu raciste ou discriminatoire. Il semble que Valve ne parvienne pas à assurer le respect de ces règles.

Ce n'est pas vraiment une surprise. Le développeur-éditeur-distributeur est réputé pour le laxisme de ses modérateurs. Nous avons déjà écrit sur la faiblesse de son service client, ses problèmes avec le review bombing, son magasin de plus en plus chaotique. Valve a déjà déclaré qu'il avait l'intention de gonfler ses rangs pour améliorer son service client. Malheureusement, les améliorations annoncées sont souvent dues à l'implémentation de nouveaux algorithmes ou à la manière dont les systèmes automatisés de la plateforme canalisent les utilisateurs.

Aux dernières nouvelles, Valve employait seulement 360 personnes. Ce sont eux qui gèrent Steam, développent des jeux et s'occupent de la dimension recherche et développement de l'entreprise, à laquelle nous devons la SteamVR.

Dans sa documentation officielle, Steam explique : "Différentes parties de la Steam Community sont modérées par un mélange d'employés de Valve, de modérateurs issus de la communauté et de représentants des développeurs et éditeurs des jeux concernés."

La méthode choisie par Valve pour assurer la modération d'une communauté d'au moins 125 millions d'utilisateurs est obscure. En tout cas, une chose est sûre : elle ne marche pas.