Il y a probablement un océan sous la surface de Pluton

Pluton possède une région en forme de coeur, Tombaugh Regio, perpétuellement orientée en direction de la lune Charon. Désormais, nous savons pourquoi.

|
18 novembre 2016, 8:00am

En juillet 2015, la mission New Horizons est arrivée à proximité de Pluton et a passé trois mois à explorer la planète naine, dont sa célèbre région en forme de cœur, Tombaugh Regio, une formation brillante au niveau de son équateur. Les scientifiques ont déterminé qu'elle dissimulait probablement un océan de glace gluant et visqueux sous sa surface, selon un article publié mercredi dans Nature.

La présence de cet océan sous-marin pourrait expliquer un mystère qui tourmente les scientifiques depuis longtemps : le cœur lumineux de Pluton est orienté en permanence vers la lune de Pluton, Charon.

« Pluton et Charon sont liées l'une à l'autre par les effets de marée » explique le professeur du MIT et co-investigateur de New Horizons, Richard Binzel, qui est également co-auteur de l'article. La planète et sa petite lune semblent se regarder en chiens de faïence depuis toujours : le même côté de Charon fixe toujours le même côté de Pluton, et vice versa. Mais bizarrement, la région de Tombaugh Regio - et plus particulièrement un territoire appelé Sputnik Planitia, correspondant au « ventricule » gauche du cœur de Pluton - est « presque exactement opposé à Charon », explique Binzel.

Ce ventricule serait un gigantesque bassin d'impact rempli de glace d'azote (ce qui explique pourquoi il est extrêmement brillant). Cette croûte de glace semble être assez mince. « Un liquide visqueux en provenance des profondeurs remonte et crée un renflement » déclare Binzel, ajoutant « que cette petite masse supplémentaire » a un effet gravitationnel suffisant pour provoquer l'alignement surprenant de la planète avec sa lune.

L'océan de Pluton aurait de 150 à 200 km de profondeur, et serait recouvert d'une couche d'eau de 100 km d'épaisseur. Impossible de déterminer s'il s'étend sur l'ensemble de la planète, mais c'est une possibilité, estime Binzel.

Dans notre système solaire, de nombreux autres corps célestes sont susceptibles d'accueillir des océans « souterrains. » Les astronomes ont observé des geysers sur la lune de Saturne, Encelade, et des panaches de vapeur d'eau sortant de la surface de la lune de Jupiter, Europe. Pourquoi y a-t-il tant d'eau, partout ? « Les éléments les plus communs dans l'univers sont l'hydrogène, l'hélium et l'oxygène » déclare Binzel. L'hélium est inerte, mais les deux autres permettent bien entendu de composer les molécules d'eau.

« L'H20 est un composé qui se forme très facilement et très souvent dans l'univers » ajoute-t-il.

Ce constat est une bonne nouvelle pour tous ceux qui espèrent trouver la vie ailleurs dans l'univers (bien sûr, ce n'est pas parce l'eau liquide est un ingrédient clé de la vie que des organismes pourraient vivre sur Pluton). Pendant ce temps, New Horizons garde un œil sur la ceinture de Kuiper, une zone chaotique au-delà de notre système solaire dont nous ne connaissons pas grand-chose jusqu'à présent.