Quantcast
Donald Trump

L'étrange histoire de Steve Bannon et de l'expérience Biosphère 2

Voici ce qu'il s'est passé quand on a donné une simulation de planète au chef de la stratégie de Trump.

Samantha Cole

Si vous avez déjà entendu parler de Steve Bannon, vous vous souvenez peut-être qu'il était le directeur du site conservateur Breitbart.com. Ou qu'il a été le plus proche conseiller de Trump pendant sa campagne.

Mais si vous n'aviez jamais entendu parler de lui avant sa nomination comme conseiller stratégique à la Maison Blanche, le week-end dernier, vous allez vous régaler.

Avant de devenir l'une des égéries du nationalisme blanc et de l'extrême-droite américaine, et bien avant son accession au pouvoir politique, il dirigeait une banque d'affaires, Bannon & Co., et avait été embauché pour sortir une entreprise nommé Space Biosphere Ventures de ses déboires financiers.

Comme Kellyanne Conway, une proche conseillère de Trump, a affirmé que "les gens devraient lire son CV" avant de critiquer Bannon, jetons donc un coup d'oeil à cette ligne du fameux CV.

Biosphere 2 est né de la crainte de l'apocalypse

Biosphere 2 était censé préparer le terrain pour de futures missions de colonisation spatiale, mais aussi être une expérience environnementale et sociale : huit scientifiques devaient être enfermés dans un dome de 12.000 mètres carrés contenant cinq biomes terrestres différents pendant deux ans, de septembre 1991 à septembre 1993. Le but était de voir si les humains pouvaient survivre et devenir autosuffisants dans un "système clos" - autrement dit, sans approvisionnement extérieur. Le philanthrope texan Ed Bass, qui avait hérité de la fortune que sa famille avait amassée dans le pétrole mais qui soutenait les causes écologistes, avait investi 200 millions de dollars dans le projet ; mais il avait finalement dû faire appel à Bannon en 1993 pour stopper l'hémorragie financière causée par l'expérience qui avait dérapé. Si vous voulez en savoir plus sur Biosphère 2, vous pouvez lire cet article.

Bannon s'inquiétait du changement climatique il y a 20 ans

Au cours de ses quatre années passées à la tête de Breitbart, le site s'est employé à réfuter le changement climatique, avec nombre d'articles insultant carrément ceux qui y croient et plaçant le mot "science" entre guillemets sarcastiques.

Mais dans une interview donnée en 1995 à C-SPAN au sujet de Biosphère 2, rappelle Mother Jones, alors qu'il était consultant sur le projet, Bannon semblait partager le pessimisme des chercheurs sur le sujet :

"Beaucoup de scientifiques qui étudient le changement climatique et l'impact des gaz à effet de serre pensent que l'atmosphère de la Terre dans 100 ans ressemblera à celle de Biosphère 2 aujourd'hui. Notre air est saturé de CO2, de protoxyde d'azote, de méthane. Et il est de moins en moins riche en oxygène. Biosphère 2 permet aux chercheurs qui étudient le changement climatique d'observer les effets du CO2 et des autres gaz à effet de serre sur les humains, les plantes et les animaux."

Des scientifiques se sont introduits dans le dome pour sonner l'alarme concernant l'implication de Bannon

Ça, c'est le genre de truc qui ne fait pas du tout rire les scientifiques : interférer avec une expérience en cours et contaminer le dome tout entier.

Fin 1993, Space Biosphere Ventures refusa la proposition de Bannon, qui consistait à virer tout le management de Biosphere 2. Bannon partit alors, mais il revint l'année suivante en tant que directeur général après que Bass ait cédé à ses exigences.

Deux des huit chercheurs présents depuis le début organisèrent une mutinerie depuis l'extérieur quand ils apprirent que Bannon était de retour. "Ils ont ouvert les portes et briséles vitres, laissant l'air extérieur s'engouffrer dans le dome", rapportait le Chicago Tribune en 1994. "Ce n'était pas un sabotage, a déclaré Abigail Alling, l'un des chercheurs. C'était délibéré et de ma responsabilité."

Image: Biosphere 2 archived website

Il a été accusé de harcèlement sur des employés

Après cette prise de contrôle, la chef du projet, Augustine, accusa Bass d'avoir utilisé ses agents pour la dissocier du projet Biosphere, rompant ansi un accord préalable, comme le rappelait Buzzfeed en août. En retour, Space Biosphere Ventures l'accusa d'avoir détourné 800.000$ du projet.

Selon elle, la manoeuvre visait à la calomnier pour qu'elle démissionne, et elle accusa Bannon, Bass et un autre banquier de harcèlement : "Bowen et Bannon ont insulté la plaignante ainsi que les autres employées de Biosphère 2, et ont fait des remarques obscènes et inappropriées en leur présence et contre leur volonté. Outre ces remarques sexistes, ils ont également diffamé des femmes qu'ils avaient connues auparavant, et ont constamment agi sans le moindre égard pour les femmes employées au sein de Biosphère 2." Elle affirma également que Bannon avait déclaré qu'elle était "une femme occupant le job d'un homme."

Face à leur contre-attaque, elle retira sa plainte et fut virée du projet en 1993.

Il a menacé physiquement les chercheurs

Avant de mettre la main sur le projet, Bannon fit part de son intention de "botter le cul d'Alling". Quand cette dernière annonça qu'elle avait écrit un document de cinq pages faisant part de ses inquiétudes quant à la sécurité du projet suite à l'arrivée du nouveau management, Bannon la menaça de "lui enfoncer dans la gorge", comme le rapportait le Tuscon Citizen en 1996. Il la qualifia aussi de "jeune femme égoïste et naïve" et de "bimbo."

Il mit tout cela sur le compte "du ressentiment et de la déception."

Suite au procès, le jury du comté de Pinal ordonna à Space Biosphere Ventures de verser 600.000$ de dommages et intérêts aux deux chercheuses.

Malgré le passage pour le moins agité - mais bref - de Bannon, Biosphère 2 existe toujours aujourd'hui sous le nom de B2, et appartient désormais à l'université de l'Arizona. "Au départ, B2 était le jouet d'un homme richissime", avait expliqué Joel E. Cohen, professeur d'études démographiques à la Rockefeller University, à The Arizona Republic en 2004.

L'expérience a souvent été présentée comme une sorte de farce, dépourvue de véritable rigueur scientifique, mais ce qu'elle nous a appris de l'homme qui s'apprête à devenir l'un des leaders les plus puissants du monde est inestimable.

Get six of our favorite Motherboard stories every day by signing up for our newsletter.