Mettre des stickers sur votre ordinateur est probablement une mauvaise idée

Voyages, orientation politique, intérêts personnels, participation à des événements... Vos stickers sont de grosses balances.

|
oct. 1 2018, 7:00am

Image : Nate Angell

Beaucoup de hackers, de journalistes et de techos en tout genre aiment à couvrir leur ordinateur portable d'autocollants. Celui-ci représente leur employeur, celui-là renvoie à une réunion locale de hackers. D'autres mettent même en avant l’intérêt de leur propriétaire pour le Bitcoin.

C'est cool ! Tout le monde adore les ThinkPad recouverts d'autocollants Linux — non ? Malheureusement, un ordinateur ainsi décoré peut aussi attirer l'attention des autorités ou de malfrats en quête d'information sensibles.

« Les stickers qui montrent que vous avez participé à des conférences, franchi une frontière, été dans tel aéroport ou tel endroit peuvent vous valoir d’être ciblé pour espionnage industriel ou politique, ou vous rendre suspect aux yeux de la loi » affirme Matt Mitchell, directeur de la sécurité et de la confidentialité pour l'organisation d'aide aux activistes numériques Tactical Tech, dans une discussion en ligne avec Motherboard.

Mitchell explique que les autocollants politiques, par exemple, peuvent valoir une fouille approfondie ou un passage en détention lors d'un changement de pays. Il rapporte que l'un de ses amis hackers a raté un vol à cause de ses stickers.

Certaines personnes choisissent de se rendre à des événements « sensibles » comme la DEF CON, la conférence annuelle des hackers, munis d'appareils contenant des informations limitées. De cette façon, en cas de vol ou d'attaque informatique, l’assaillant ne pourra pas faire main basse sur toute leur vie. Reste qu'il vaut mieux éviter de se signaler en collant des stickers caractéristiques partout sur sa machine.

Mitchell a une autre histoire pour illustrer ses propos. Un beau jour, en embarquant dans un avion, il a croisé une personne apparemment en route pour la DEF CON. « Cette personne avait un Chromebook qui, je suppose, lui servait d’ordinateur de voyage » explique-t-il. « Et elle avait collé le sticker d’un média dessus. » Mitchell nous a fait parvenir une photo de l'ordinateur en question.

Naturellement, l’ordinateur d’un journaliste peut être une cible attrayante pour un assaillant sophistiqué comme pour un troll.

Comme toujours dans la sécurité informatique, beaucoup de paramètres sont à prendre en compte : votre modèle de menace, les motivations de votre agresseur... Moritz Bartl, l'un des responsables d'un groupe en charge d'une partie du réseau d'anonymisation Tor, a été victime d'un cambriolage il y a quelques années. « La seule chose que [les cambrioleurs] n'ont pas volé était mon ordinateur portable, rapporte-t-il sur Twitter. La police a dit qu'il était sans doute trop dur à revendre. » Moralité : une machine couverte de stickers peut aussi dissuader certains voleurs. Comme le rappelle Bartl : « La modélisation de menace, c'est important. »

En règle générale, mieux vaut éviter de se balader avec une machine recouverte d'autocollants.

« Achetez une coque et recouvrez ces putains de stickers » conseille Mitchell. « Gardez le à la maison quand vous voyagez ou optez pour une coque unie. » Son propre ordinateur ne présente aucune trace d'affiliation.

« C’est bien d’être soi-même et de s’amuser » explique Mitchell. « Soutenez vos organisations à but non lucratif préférées, vos projets open source et vos techniques de contournement de surveillance. Mais tout a un coût et des risques. »