avis tranché

Dur mais vrai : Waluigi craint trop pour être dans le prochain Smash Bros.

Pitié, arrêtez de défendre ce personnage indéfendable à tout point de vue.

Matthew Gault

Matthew Gault

Les fans ne Waluigi ne sont pas contents : leur affreux poulain ne fait pas partie des personnages jouables du futur Super Mash Bros. Ultimate. En décidant de le cantonner au rôle figuratif d’assist character, Nintendo a déclenché des crises de larmes partout sur le réseau. Internet s’est soudain rempli de mèmes pathétiques : Waluigi écrasé de tristesse, Waluigi dans chaque alvéole de l’écran de sélection des personnages, Waluigi observant d’autres combattants rejoindre la baston sans lui.

« Waluigi a été dépouillé et humilié par Nintendo, ses fans sont furieux » écrit le Washington post, le journal qui a terrassé le président Richard Nixon en dévoilant le scandale du Watergate. « Pauvre Waluigi, Nintendo est tellement cruel » titre un journaliste de Kotaku, apparemment convaincu que l’entreprise japonaise manque de respect à sa création.

Pour ma part, je pense que c’est tant mieux. Nique Waluigi. Voilà, je l’ai dit. Nique Waluigi. C’est un personnage affreux. Quelques internautes en perdition l’ont transformé en mème de merde, c’est tout. Il est un fiasco moral et créatif.

N’oublions pas d’où sort Waluigi. Il n’a même pas été créé par Nintendo : c’est le designer Fumihide Aoki de Camelot Software Planning qui l’a conçu pour Mario Tennis sur Nintendo 64. Dans une interview publiée par Nintendo Power en octobre 2000, les membres de Camelot expliquent que Shigeru Miyamoto lui-même s’est opposé à la création de versions « maléfiques » similaires de Peach et Daisy. Si c’était à refaire, je suis sûr qu’il s’opposerait aussi à la création de Waluigi. C’est ce que je ferais à sa place.

Le doppelgänger de Mario, Wario, était déjà un trait de flemmardise 90’s en forme d’antagoniste facile pour les premiers jeux Game Boy du plombier. Au moins, une bande dessinée distribuée avec Super Mario Land 2 (la première apparition de Wario) expliquait que Wario avait toujours admiré Mario et qu'il voulait juste être comme lui — tout en le considérant comme une brute.

Depuis, Wario a grandi pour devenir la grosse pince que nous aimons tant détester. Waluigi a suivi un chemin moins reluisant : outre sa haine de Luigi et son envie de faire mal à tous ceux qui l’entourent, cette pauvre asperge n’a aucune caractéristique précise. Grâce à une série de fictions publiées sur le site européen de Nintendo en 2001, nous savons d’ailleurs que Waluigi est grand parce que Wario l’écartèle. Chaud.

En clair, on pourrait croire Wario a kidnappé un quidam et qu’il lui a lavé le cerveau juste pour avoir son propre Luigi. Si ça ne vous rend pas Waluigi sympathique, nous ne pouvons rien pour vous : toutes les autres anecdotes et informations le concernant le présentent comme un irrécupérable méchant avec une voix irritante. Quand Wario a la décence de tourner pour l’argent et l’estime de soi, Waluigi n’a pas d’autre but qu’être chiant.

Dans Mario Strikers, Waluigi donne des coups de hanches en agitant les mains vers le bas pour être bien sûr que vous regardiez son entrejambe. À force de lui coller au train en permanence, il s’est attiré la détestation de Daisy à un point tel qu’ils sont rivaux dans Mario Kart 8 et Mario Strikers Charged. Dans Mario Baseball, il font une si mauvaise paire qu’il est hasardeux de les intégrer à la même équipe.

Waluigi est un personnage torché. Comme beaucoup de personnages torchés, il est paresseux, stupide et inintéressant. J’aime Wario, même si j’ai conscience qu’il n’est qu’un antagoniste paresseux pour Mario. Rien à voir avec Bowser. Nintendo a pris le M de Mario et l’a retourné, tranquille. Sur le chapeau de Waluigi, un L inversé indique qu’il est opposé à Luigi. Par contre, son nom commence quand même par un W. Ça n’a aucun sens.

Nous n’avons pas besoin de versions maléfiques de toutes les mascottes d’entreprise de la pop culture. La situation est grave. N’oubliez pas que notre univers abrite des versions « lapin-crétinisées » de l’écurie Mario grâce au jeu Mario + The Lapins Crétins : Kingdom Battle. N’oubliez jamais. Pour être honnête, je comprends que l’absence de la Peach-Lapin Crétin dans le prochain Smash Bros. puisse décevoir : elle est mignonne (à sa façon, au moins), innofensive et bonne ambiance. Waluigi, lui, n’est qu’une erreur.

Au fond, franchement, je comprends. Comme l’aura maléfique de Waluigi ne contient aucune histoire ni épaisseur, ses fans ont passé les dix dernières anées à lui remplir le ventre de théories étranges et de mèmes encore plus étranges. C’est marrant, c’est OK, mais ça ne signifie pas qu’il mérite notre pitié ou notre respect.