La dernière lune de Neptune a désormais un nom

Hippocampe a peut-être vu le jour à la faveur d'une collision, il y a plusieurs milliards d'années.

|
11 mars 2019, 7:00am

Neptune. Image : NASA/JPL 

Des scientifiques ont découvert un petit objet dans l'orbite de Neptune. Cette découverte porte le nombre de satellite total de la planète à 14.

Conformément à la convention qui demande de baptiser les satellites de Neptune en s'inspirant des divinités de l'eau grecques, le petit dernier a reçu le nom d'Hippocampe.

Hippocampe ne mesure que 24 kilomètres de diamètre, le plus petit gabarit parmi les satellites de Neptune. Il fait partie des sept satellites réguliers de la planète, des objets dont l'orbite est si exigüe qu'ils effectuent une révolution complète toutes les 24 heures environ.

1551114102866-1550683762415-Moon-size-comparisons
Comparaison de la taille des lunes intérieures de Neptune. Image : Mark R. Showalter, SETI Institute

Quand la sonde Voyager 2 a croisé Neptune en 1989, elle a découvert six lunes dans l'orbite intérieure de la planète. Sept autre satellites tournent autour de la dernière planète du système solaire, mais sur des orbites plus distantes et irrégulières.

Hippocampe, l'avant-dernier corps le plus éloigné parmi les satellites réguliers, est si obscur et placé de telle façon qu'il a échappé aux instruments de Voyager 2.

En 2013, Mark Showalter, un chercheur senior au SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence), a repéré Hippocampe sur des clichés du télescope Hubble. Il a fallu des années pour confirmer les caractéristiques physiques et orbitales de l'objet, mais aussi pour choisir son nom : jusqu'ici, il était connu sous le nom de S/2004 N 1 or Neptune XIV.

Showalter et ses collègues ont annoncé le nom « Hippocampe » — et quelques découvertes supplémentaires — dans un article publié mercredi 20 février dans Nature.

Les chercheurs pensent que le nouveau satellite est né de la collision d'une comète avec Protée, la plus grande des lunes intérieures de Neptune — Hippocampe est 4 000 fois plus petite.

Hippocampe orbite à environ 12 000 kilomètres à l'intérieur de la trajectoire de son « satellite-père ». La surface de Protée porte en effet la trace d'une collision, un cratère appelé Pharos, qui s'étend sur près de 230 kilomètres. Showalter et ses collègues pensent qu'Hippocampe a pu naître de l'agglomération des débris du choc.

1551114063865-1550683803927-Showalter-Image-One
La première image d'Hippocampe capturée par Hubble, en 2004. Image : Mark R. Showalter, SETI Institute

« La découverte du petit Hippocampe alimente notre connaissance du système intérieur de Neptune » écrivent les chercheurs dans leur étude. « Protée et Hippocampe étaient encore plus proches dans le passé, car les effets de marée de Neptune poussent Protée vers l'extérieur. »

« Dès lors, il semble judicieux d'explorer la connexion entre ces deux lunes », ajoutent-ils.

En se basant sur la vitesse d'éloignement de Protée vis-à-vis de Neptune, l'équipe a pu estimer qu'Hippocampe était vieux de quelques milliards d'années.

Toute cette épopée péri-neptunienne a d'autres péripéties. Les sept satellites réguliers de la géante glacée ont probablement vu le jour grâce à l'arrivée de Triton, la plus grande des quatorze lunes, il y a plusieurs milliards d'années.

Triton est un satellite irrégulier rétrograde, ce qu'il signifie qu'il orbite à contre-sens de la rotation de Neptune. Les astronomes pensent que le satellite était jadis un objet libre dans la ceinture de Kuiper, un vaste disque d'objets glacés — comètes, astéroïdes — situé au-delà des planètes connues. Triton aurait été happé par Neptune après s'en être approché de trop près.

En ce temps-là, Neptune disposait sans doute d'une toute autre galerie de satellites. L'influence gravitationnelle de Triton les a lancés dans une collision terrible. Ce choc a donné naissance aux anneaux de Neptune et aux sept lunes qui tournent désormais autour d'elle.

Ces rencontres fortuites « illustrent le rôle des collision et des migrations orbitales dans la création du système neptunien tel que nous le connaissons aujourd'hui », conclut l'équipe de Showalter.