Une sonde de la NASA vient de battre le record de proximité avec le Soleil

Lundi 29 octobre, la sonde Parker a battu un record vieux de 42 ans en s'approchant à 42,72 millions de kilomètres du Soleil.

|
nov. 2 2018, 8:30am

Image : NASA/Johns Hopkins APL/Steve Gribben 

Une sonde spatiale de la NASA vient de passer plus près du Soleil qu’aucune autre machine terrienne dans l’histoire.

Lundi 29 octobre à 18h04, heure française, la sonde solaire Parker s’est approchée à 42,72 millions de kilomètres de la surface de notre étoile. Ce faisant, elle a battu un record établi en avril 1976 par la mission germano-américaine Helios 2. La sonde, qui porte le nom de l’astrophysicien spécialiste du soleil Eugene Parker, a pris son envol en août. Son premier survol solaire a lieu cette semaine : sa descente va continuer jusqu’au 6 novembre prochain, après quoi elle retrouvera son orbite en espace profond. Là, elle préparera son prochain survol, prévu pour avril 2019.

Si tout se passe bien, Parker continuera à battre son propre record — et donc celui de l’humanité — au cours des sept années à venir. Son survol le plus bas doit l’emmener à 6,16 millions de kilomètres du Soleil en 2024 — sept fois moins que le record d’Helios 2. À cette distance, Parker se trouvera dans l’atmosphère externe du Soleil, la couronne, où règnent des températures de plusieurs millions de degrés.

Par bonheur pour Parker, la couronne solaire est un milieu de faible densité. Exposé à un nombre restreint de particules, le bouclier thermique de la sonde ne devra supporter qu’environ 1 377°C dans le pire des cas. Pour expliquer cela, la NASA dresse une analogie douloureuse. Imaginez que vous mettez une main dans un four et l’autre dans une casserole d’eau bouillante ; même si les températures sont identiques, l’eau endommagera votre main bien plus vite que l’air du four car elle est bien plus dense.

Bien sûr, 1 400 degrés, c’est quand même beaucoup. Parker pourra néanmoins les endurer grâce à un bouclier thermique conçu pour résister à des températures d’environ 1 650 degrés, le Thermal Protection System (TPS). Le TPS doit aussi protéger la sonde et ses instruments des puissantes radiations solaires, tout en résistant à la transition vers l’espace profond et ses températures d’environ -130°C.

Parker devrait aussi s'illustrer par ses pointes de vitesse. La NASA pense que la sonde atteindra les 690 000km/h lors de ses descentes vers le Soleil, ce qui fera d'elle l'objet de conception humaine le plus rapide de l'histoire.

Motherboard est aussi sur Facebook, Twitter et Flipboard.