Quantcast

Une start-up française invente la lumière éco-responsable

Echy est devenu le fer de lance d'une alternative verte à l'éclairage traditionnel.

Virtue Worldwide

Contenu financé par EDF dans le cadre des Prix EDF Pulse. Pour plus d'informations veuillez cliquer ici .

Macintosh HD:private:var:folders:sg:m5dpdnvd1h91gdllhxfswmrw0000gn:T:TemporaryItems:unnamed.png

Les panneaux solaires d'Echy

Et si demain, nos lampes émettaient la lumière du soleil au lieu de se limiter à condenser de l'électricité pour nous éclairer ? C'est le pari d'Echy, une start-up créée par deux anciens étudiants de Polytechnique et fondée à l'École des Ponts et Chaussées, qui développe une technologie révolutionnaire en concentrant et en diffusant la lumière naturelle en direct, aussi efficacement que nos bonnes vieilles ampoules.

Lauréat des Prix EDF Pulse en 2014, Echy est devenu le fer de lance d'une alternative verte à l'éclairage traditionnel. Rencontre avec son co-fondateur Florent Longa, un jeune entrepreneur qui fait rimer talent, innovation et écologie. On ne fera jamais aussi bien que la nature.

Macintosh HD:private:var:folders:sg:m5dpdnvd1h91gdllhxfswmrw0000gn:T:TemporaryItems:unnamed.png

Florent Longa, co-fondateur d'Echy


A quand remonte ton intérêt pour l'innovation ?
J'ai toujours été fan de sciences et j'ai su assez rapidement que mon avenir professionnel se situerait dans ce domaine. J'ai testé pas mal d'options avant de rentrer à Polytechnique. Là-bas, j'y ai découvert avec passion la gestion de projet et le métier d'ingénieur. Avec Quentin, qui est mon associé dans cette aventure, nous voulions travailler sur l'innovation appliquée au développement durable. Notre but était d'inventer quelque chose qui puisse à son niveau agir contre le réchauffement climatique. Et on a eu l'idée de concentrer nos recherches sur la lumière et notamment sur la fibre optique. Nous avions un domaine d'application, une vision et une ambition, et rapidement nous avons eu la bonne idée et une solution technique pour la réaliser. L'idée du projet est née à Polytechnique mais c'est à l'Ecole des Ponts et Chaussées que nous l'avons mise en route.

La volonté d'être utile et de s'engager pour une cause sont des données qui sont très importantes pour toi ?
En fait, il fallait vraiment qu'il y ait un sens derrière ce que nous faisions. Au début, nous sommes partis sur l'idée de mettre au point une technologie qui permettrait d'économiser de l'énergie. C'était notre façon à nous d'apporter quelque chose au monde dans lequel nous vivons. Il fallait nécessairement que ce soit utile. C'était notre motivation première.

" Nous avons inventé un moyen de domestiquer la lumière du soleil."

Macintosh HD:private:var:folders:sg:m5dpdnvd1h91gdllhxfswmrw0000gn:T:TemporaryItems:unnamed.png


Visuel du nouveau système de captation d'ECHY pour 2018 : ECLYPSE

Les obstacles à franchir ont dû être nombreux ?
Comme tout projet de Recherche et Développement, ça n'a pas marché du premier coup. La mise au point d'Echy a été un long parcours semé d'embuches. Aujourd'hui, nous en sommes déjà à la quatrième version de notre technologie. La première version ne fonctionnait pas du tout comme nous le voulions. Nous avons rencontré de nombreux problèmes techniques liés à la concentration solaire par fibre optique qu'il a fallu résoudre. Nous avons également eu du mal à convaincre les décideurs du secteur du bâtiment, qui sont très conservateurs. Et au départ, le produit était cher à produire. Mais depuis nous avons réussi à diviser par deux son coût de fabrication. Ce qui a été le plus dur, c'est de tenir la distance et de réussir à faire bouger les lignes dans le domaine de l'éclairage.

Est-ce qu'Echy ouvre la porte à une révolution éco - responsable de l'éclairage ?
C'est en tout cas notre ambition. Nous voulons rendre accessible la lumière naturelle à tout le monde. Jusqu'à présent, il n'existait pas de technologie permettant d'apporter ce type de lumière à l'intérieur des bâtiments. C'est désormais possible grâce à Echy. Il y a d'autres possibilités qui s'ouvrent à nous. L'éclairage pour l'agriculture urbaine par exemple. On va pouvoir grâce à Echy emmener la lumière naturelle partout et du coup, cela permet de penser différemment la ville de demain. Echy pourra être utilisé dans de nombreux usages.

Macintosh HD:private:var:folders:sg:m5dpdnvd1h91gdllhxfswmrw0000gn:T:TemporaryItems:unnamed.png

La lumière naturelle diffusée par la technologie Echy


En 2014, vous avez été lauréat des Prix EDF Pulse dans la catégorie Smart City. Qu'est-ce que cela a changé pour vous ?
D'abord, il y a eu une grosse campagne de communication qui nous a permis de nous faire connaître sur le secteur, surtout avec l'appui et les moyens très importants mis en place par EDF. Grâce à cela, Echy a gagné en visibilité, en crédibilité et en renommée. Il y a également eu une aide financière de 50 000 euros sur cette édition, qui nous a permis d'investir dans la Recherche et Développement et d'améliorer Echy.

"Le dossier permet de structurer le projet. Le simple fait de candidater permet déjà de progresser."

En quoi l'aventure EDF Pulse vous a-t-elle fait progresser dans l'élaboration de votre projet ?
Nous avons été autonomes sur la rédaction du dossier et nous avons eu un retour d'EDF Pulse sur sa cohérence globale. A l'époque, nous étions encore très en amont du résultat final. Nous n'avions réalisé qu'un seul prototype. C'était un projet naissant de création d'entreprise. Mais le retour que nous avons eu d'EDF Pulse sur la vision d'ensemble et la cohérence globale nous a beaucoup aidés. Le dossier permet de structurer le projet. Le simple fait de candidater permet déjà de progresser.

Selon vous, pourquoi le jury vous a-t-il retenu ?
Le retour principal que nous avons eu, c'est qu'Echy avait un très gros potentiel et un bel avenir devant lui.

Ce prix vous a-t-il ouvert de nouvelles perspectives?
Peu après que nous ayons gagné le Prix EDF Pulse, nous avons été conviés à un forum Futurapolis sur le thème "Electricité et mode de vie" à Toulouse. En tant que fondateur de jeune start-up, j'ai pu participer à une table ronde avec des directeurs de recherche au CNRS. Il y avait aussi le maire de Blagnac, là où se situe l'aéroport de Toulouse, et également des architectes et des promoteurs immobiliers. C'était très intéressant d'échanger avec eux et ce sont des contacts qui sont toujours utiles.

Qu'est-ce que tu dirais aux start-up qui souhaitent candidater ?
Qu'il faut le faire. C'est une très bonne expérience. Même si le dossier de candidature est un peu chargé et met du temps à être complété, il faut tenter le coup. Et quand on gagne, c'est un vrai accélérateur. La communication apportée par EDF est très forte avec beaucoup de visibilité. Il n'y a rien à perdre mais tout à gagner en participant aux Prix.

Ce contenu a été financé par EDF dans le cadre des Prix EDF Pulse et créé en collaboration avec l'agence de VICE, indépendamment de la rédaction de Motherboard. Pour plus d'informations, veuillez cliquer ici .

L'énergie est notre avenir, économisons-la!