Dans l'enfer des clips de pop militaire sur YouTube

Ne sous-estimez pas le flow du complexe militaro-industriel.

|
17 avril 2018, 7:58am

Béret vert et veste en cuir, une femme chante devant un groupe de musiciens tout de treillis vêtus. Des pneus brûlent à l'arrière-plan et des hélicoptères tiennent la formation au-dessus d'eux, leurs armes dressées au-dessus de la musique. Des soldats s'élancent, des chars montent à l'assaut en déchargeant leur canon, un convoi de transports de troupes blindés suit. La femme continue à chanter et le guitariste se déchaîne sur son manche.

Voilà, en gros, ce qui se passe dans le clip d'un morceau de promotion du Service d'État des frontières azerbaïdjanais. De la propagande pure et tout à fait officielle : « QƏLƏBƏNİN YOLLARI » a été produite par l'armée et elle est visible sur la chaîne Youtube du Service d'État des frontières.

Ce mélange gênant de marche militaire et de pop n'est que la partie émergée de l'iceberg. Les armées chinoise, russe, irakienne et surtout américaine adorent produire des clips surréalistes qui promeuvent la mort, la défense et la destruction. C'est dommage : sans ce message, elles auraient vraiment été drôles.

En Amérique latine, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (les FARC, si vous préférez) se sont battus contre Bogotá pendant plus de 50 ans. De temps à autres, ses membres laissaient tomber leur armes pour produire des diss tracks anti-gouvernement et demander la paix en musique. L'armée nationale colombienne avait répliqué en lançant son propre clip, « L'Épée de l'Honneur ». Le morceau lourdement autotuné décrit les aventures d'un jeune soldat qui terrasse les rebelles avant de retrouver sa famille.

Toutes ces vidéos ont été créées à des fins de propagande. Cependant, elles n'ont pas toutes le même but : quand les belligérants colombiens cherchent à orienter l'opinion publique, la Chine et la Russie souhaitent avant tout recruter. L'Armée populaire de libération chinoise a collé un rap militant sur des images d'équipement et d'entraînement pour attirer les jeunes. Les troupes aéroportées russes ont eu droit à une vidéo similaire. En Chine comme en Russie, le service militaire est obligatoire.

En terme de folie militariste, cependant, rien n'arrive à la cheville des vidéos produites pour et par l'armée irakienne. L'une des plus populaires a été vue plus de 55 millions de fois.

La plus célèbre de toutes les chanteuses-guerrières irakiennes s'appelle Shams al-Maslawe. Elle tourne tous ses clips en équipement militaire complet. Dans le même goût, les forces spéciales irakiennes ont produit une vidéo dans laquelle un chanteur full-équipé chante le gloire des troupes en agitant un fusil d'assaut. Manifestement, l'armée du pays a adoré produire ces vidéos : chacune de ses branches a eu droit à au moins un petit clip façonné avec soin. Beaucoup ont été diffusés sur la page Facebook officielle des forces irakiennes.

Les États-Unis ne sont évidemment pas en reste. N'oubliez pas que Katy Perry a rejoint les Marines. La Garde nationale de Californie a produit un clip avec des soldats en service. L'un des plus gros partenaires privées du Pentagone a payé un groupe indé pour qu'il joue devant des images de son nouvel avion de chasse. L'Air Force a produit une reprise punk de son hymne ; elle a même un groupe officiel appelé Max Impact.

Tous ces clips sont très amusants. Ils rappellent aussi que nous vivons dans un monde bâti et entretenu par un vaste complexe militaro-industriel déjà responsable d'une bonne partie de la culture populaire.