Quantcast

Un mois sur Internet en France : octobre 2017

Ce mois-ci, la publicité cachée, les alter-humains et le beurre demi-sel ont décuplé le rayonnement culturel français sur les réseaux. Heureusement la raison continue de régner sans partage, comme au temps de Voltaire et Rousseau.

Yérim Sar

Yérim Sar

Image : montage Motherboard

Politique

François Rufin n'est pas seulement le sosie non officiel de Luke Wilson, c'est aussi un homme de conviction. Ainsi, il avait bafouillé qu'il n'était pas "intimement convaincu" par la version de la famille d'Adama Traoré suite à la mort du jeune homme après une rencontre avec la police. L'association Justice Pour Adama lui a donc poliment expliqué que son avis a sensiblement la même valeur que celui d'un singe castré, dans un communiqué où, comme le souligne un des commentaires, "Ruffin s'est fait laver le cul".

Henri Guaino s'est fait un nouvel ami pour la vie, et ça fait chaud au coeur. C'est aussi ça la magie des réseaux sociaux, permettre à des gens rejetés de se sentir intégrés.

Marie-Caroline Le Pen, elle aussi, copine. On voit d'ici les dîners de girls qui se préparent, et leur ambiance à la fois chaleureuse et espiègle.

Sonia Nour, membre du cabinet du maire PCF de La Courneuve (déjà c'est pas la joie) a défrayé la chronique en dressant une comparaison rigolote entre le nombre de victimes du terrorisme et celui des femmes victimes de violences, soulignant que les secondes n'ont pas droit à l'attention dont bénéficient les premières. Mais ça on s'en fout, l'important c'est qu'elle a utilisé le mot "martyrs" pour parler des terroristes, du coup elle s'est faite dégager avant de pouvoir expliquer qu'elle n'utilisait pas le sens premier du terme (quelqu'un qui joue les kamikazes au nom de sa religion est effectivement appelé martyr même si c'est le dernier des crétins – parfois les mots ont plusieurs entrées dans wikipedia, celle-là en est une).

Mélenchon et Ruffin (non, rien) se sont évidemment désolidarisés, bref, le happy end était de mise. Manque de pot : dans la précipitation la mairie de La Courneuve a oublié de justifier sa suspension par une poursuite disciplinaire. Du coup ils l'ont réintégrée et vont probablement devoir lui verser 1000 balles de dédommagement. La vie est comme une boîte de chocolats.

Evidemment, il n'y a pas que des news comiques à l'horizon. Ça serait trop facile. Il y a aussi des drames.

Heureusement, François Asselineau est toujours là pour nous remonter le moral à sa façon toute personnelle.

Pub et Petites annonces

Suite à la pénurie de beurre, la bulle spéculative a explosé.

La SNCF a prouvé au monde qu’ils s’étaient mis à la page en demandant à un Youtubeur de signer la pire publicité de tous les temps. Il est dommage que la chaîne hiérarchique qui a abouti à la validation de cette chose n’ait pas été filmée. Ça aurait donné un excellent documentaire animalier.

La publicité 2.0 ce n’est plus seulement la promotion d’un produit, mais plutôt l’intégration du client dans la création : lui aussi est artiste, lui aussi est créateur. Par exemple ce mois-ci l’heureux gagnant d’un concours est devenu « le pet officiel » du jeu South Park L’Annale du destin. Il faut toujours croire en ses rêves, les enfants.

On se plaint souvent de la pub, mais c’est un comportement égoïste, ingrat, et disons-le, carrément sadique. Heureusement, les internautes ont enfin été mis en face de leurs responsabilités.

Tandis que d’autres se sont vus offrir une expérience que l’on imagine enrichissante.

Culture

Contre les apologistes de Netflix, Xavier Beauvois a représenté l’exception culturelle française et la chronologie des médias jusqu’au bout.

Et d’autres ont appris que même s’il n’y a qu’un pas du « s » ou « z », il convient parfois de ne pas le franchir.

Le harcèlement

C’est avec tristesse que nous apprenons que le prédateur connu sous le nom d’Alexandre Jardin a à nouveau récidivé sans être inquiété par la Justice. Certains diront que c’est mieux que quand il se cite lui-même dans une spirale infernale, mais ça reste à voir.

Ce mois a bien entendu été marqué par les nombreux témoignages de femmes sur le harcèlement, et comme chacun sait une parole libérée est plus saine, pas seulement pour elles, mais pour tout le monde.

Certains trouvent à l’inverse que les simples hashtags sur les réseaux sont loin d’être suffisants.

Et on les comprend, surtout quand ces mêmes personnes sont des forceurs de niveau 4 : ce n’est clairement pas un #MeToo qui va l’arrêter, quelque part c’est cohérent.

Tout ça a donné une idée pas piquée des hannetons à des jeunes enthousiastes qui ont décidé de créer un « numéro anti-relou », que les filles pourraient donner à tout indésirable qui demande leur téléphone.

La création de ce numéro a suscité pas mal d'effets assez folkloriques. Des gens ont fait remarquer qu’a priori, les femmes avaient déjà pensé à cette astuce depuis environ l’invention du téléphone mais merci quand même, mais point positif, on a eu droit à cette incroyable fan fiction.

Des gens ont réussi à faire ce que l’on appellera ici une « relouception », en étant relou par rapport à une initiative anti-relou.

Et surtout, comme n’importe qui pouvait s’y attendre dès le départ, le numéro s’est fait troller dès sa création ce qui a conduit à sa suppression. Cela a malgré tout occasionné des échanges constructifs d’opinions entre les différents intervenants.

Devant tant d’incompréhension, il est normal que des individus désirent s’éloigner de la masse pour mieux s’isoler loin de la folie des hommes.

Les CM

Parfois ils font preuve d’humour et c’est plutôt bienvenu, même si c’est la même blague au même moment de chaque année depuis cinq ans.

Parfois on croit qu’ils blaguent alors que c’est très sérieux, et on imagine d’avance la collaboration fructueuse entre la police française et des enfants youtubeurs de 10 ans. La nostalgie d’Inspecteur Gadget c’est aussi ça.

Et parfois ils se lâchent un peu plus que de raison

Médias

Les Inrocks ont appris à leurs dépens qu’il est d’une simplicité enfantine de se faire troller sur Instagram.

Plus triste, Christophe Barbier, célèbre collectionneur d’écharpe qui clamait que "L'éditorialiste est un tuteur sur lequel le peuple, comme du lierre rampant, peut s'élever" est parfois forcé de prendre le métro, ce qui l'oblige à prendre les précautions qui s'imposent.

Entreprenariat

La France qui avance, c’est aussi ça.

Linkedin n’est pas seulement un outil qui permet d’étendre son réseau professionnel. Oh que non. C’est aussi un moyen de découvrir que si personne ne vous embauche, c’est avant tout de votre faute.

Mais haut les cœurs, vous pourrez au moins développer votre goût pour les langues étrangères.

Quiproquos

La fine fleur de la téléréalité s’est mise dans l’embarras mais a su adopter le réflexe qu’il fallait : si on l’accuse de racisme, il met une kippa, qu’il considère apparemment comme un bouclier invincible. C’est con que le reste du monde ne soit pas au courant.

Des commentateurs sportifs n’ont pas compris les motivations de certains supporters.

Un élève a découvert que transmettre ses devoirs par mail à son prof a un côté pratique, mais également intrusif.

Quant à Renaud Camus, sosie non-officiel du méchant dans Don’t Breathe, il a dissipé un malentendu qui durait depuis bien trop longtemps.

Amour

La base de tout, on ne le dira jamais assez. D’abord au niveau sprituel.

Mais aussi au niveau purement physique.

Certains utilisent le web 2.0 pour surmonter leur timidité et on leur souhaite tout le bonheur du monde, ils le méritent.

D’autres sont conscients que leur quête de l’absolu sera sans doute impossible à satisfaire mais qu’à cela ne tienne, ils ouvriront leur cœur malgré tout.

De l’autre côté, il y a ceux qui s’inquiètent malgré tout de ces nouveaux modes de séduction un peu trop régressifs.

Certains sont restés un peu à l’ancienne et s’offusquent du manque de pudeur des réseaux sociaux d’aujourd’hui, comme Michel Sardou qui déplore le nombre incroyable de « filles qui montrent leur cul » dans ses suggestions Twitter. C’est là qu’il faudrait rappeler que l’algorithme de l’application ne fait que repérer les centres d’intérêt de l’utilisateur pour mettre en avant d’autres profils qui pourraient lui correspondre, mais ce serait un peu mesquin.

Enfin, il y a les magazines sérieux comme Santé + qui apportent régulièrement des analyses documentées sur la question

Mais le vrai lover de ce mois-ci, c’était sans aucun doute Bassem qui nous a émus jusqu’aux larmes.

On se revoit le mois prochain et d’ici là, posez-vous les bonnes questions.