Ne mangez pas de limace, vous pourriez mourir huit ans plus tard

La semaine dernière, un australien de 29 ans est mort d'une maladie causée par un obscur parasite du rat.

|
nov. 13 2018, 7:30am

Angiostrongylus cantonensis. Image : Wikimedia Common

C'est une disparition étrange et tragique. La semaine dernière, un australien de 29 ans est mort d'une maladie parasitaire rare transmise par un ver du rat.

Tout a commencé en 2010, quand Sam Ballard a mangé un limace pendant une soirée. C'était un défi bête et méchant mais à première vue sans conséquence.

« On était assis là-bas, on profitait de notre petite soirée vin rouge en faisant les adultes, et puis une limace est arrivée par ici » explique Jimmy Galvin, l'un des amis de Ballard, sur la chaîne de télévision australienne Channel 10. « Quelqu'un a posé la question, forcément. "Est-ce que je la mange ?" Sam s'est jeté dessus. Boum. C'est arrivé comme ça. »

Quelques jours plus tard, Ballard a commencé à se plaindre de douleurs à la jambe. Son médecin a découvert qu'il avait été infecté par un ver parasite appelé Angiostrongylus cantonensis.

Angiostrongylus cantonensis parasite habituellement les poumons des rats. Il peut passer d'un individu à l'autre grâce aux escargots et aux limaces, qui peuvent à leur tour le transmettre à l'homme. Une fois ingéré, le ver peut pénétrer dans l'intestin, traverser le système nerveux et s'installer dans le cerveau.

La plupart des humains peuvent se débarrasser seuls de l'infection, explique le site officiel des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) américains. Chez quelques malheureux, il peut néanmoins déclencher une forme rare de méningite qui se manifeste par « des céphalées, une raideur du cou, des douleurs et des picotements sur la peau, une fièvre légère, une nausée et des vomissements. » On l'appelle méningite angiostrongylienne à éosinophiles.

Cette méningite rare a plongé Ballard dans un coma dont il ne s'est réveillé qu'après 420 jours. Le jeune homme a d'abord été incapable de bouger ses membres tant son cerveau avait été endommagé par la maladie. Ses efforts lui ont permis de retrouver certaines de ses facultés motrices avant que le malheur ne frappe à nouveau. Devenu tétraplégique, Ballard a commencé à souffrir de crises de convulsions. Il était impossible de le laisser sans surveillance — une tâche dont s'acquittait largement sa mère, Katie Ballard.

« Ses amis sont restés à ses côtés » a rapporté la semaine dernière la journaliste australienne Lisa Wilkinson à propos de Ballard. « Vendredi, Sam est mort entouré de sa famille et de ses amis loyaux et aimants. »

« Ses derniers mots à sa mère : "je t'aime." »

L'histoire de Ballard est exceptionnelle. Cependant, elle montre qu'Angiostrongylus cantonensis attire de plus en plus l'attention.

Le parasite du rat s'est installé dans 30 pays, notamment en France. 2 800 cas ont été rapportés autour du monde. L'année dernière, il a semé la panique à Hawaï quand plusieurs dizaines de cas ont été documentés simultanément tout autour de l'État. (En général, les îles rapportent un à neuf cas annuels. Le parasite a causé deux morts depuis 2007, d'après le Hawaii Department of Health.)

The lifecycle of the rat lungworm parasite.
Le mode de transmission de la . Image: Hawaii Department of Health

Le processus de transmission commence quand un rat « tousse » les larves du ver avant de les avaler. Le parasite passe alors des poumons à l'estomac, depuis lequel il se fraie un chemin jusqu'à la sortie dans les fèces. Les limaces et escargots deviennent des hôtes intermédiaires lorsqu'ils consomment ces déjections contaminées.

Le cycle recommence lorsqu'un rat mange l'un de ces gastéropodes. Logées dans le cerveau de l'animal, les larves deviennent des adultes longs d'environ deux millimètres. Elles se dirigent ensuite vers les poumons par les artères pulmonaires et se reproduisent là.

Les humains et certains animaux peuvent tomber malades s'ils mangent un escargot ou une limace infectés. (Les individus qui consomment des gastéropodes en leur âme et conscience sont priés de ne pas les mangés crus ou mal cuit, merci.) Consommer des produits non-lavés peut également conduire à une infection accidentelle. Les autorités australiennes affirment que le mucus des gastéropodes peut suffire à transmettre le parasite. Crabes, crevettes et grenouilles peuvent également transmettre Angiostrongylus cantonensis. Loin de nous toute envie de vous faire flipper mais même boire de l'eau contaminée peut vous valoir une méningite.

« Les parasites sont dans mon cerveau, ils bougent » explique un hawaïenne dans Civil Beat, un site d'information local. « C'est comme si quelqu'un ouvrait le dessus de ma tête une fois de temps en temps pour appuyer un fer à repasser sur mon cerveau et envoyer de la vapeur. »

Les docteurs effectuent parfois des ponctions lombaires pour détecter le parasite. Il n'existe pas d'autre moyen de le faire à l'heure actuelle. Les tentatives de création d'un test de dépistage d'anticorps associés à l'infection ont toutes échouées.

L'infection dure une à deux semaines après une période d'incubation d'une à trois semaines. Il n'y a pas encore de traitement standard mais ses symptômes peuvent être gérés à l'aide d'un mélange d'antibiotiques, d'antalgiques et de stéroïdes. Le CDC assure que la plupart des parasites mourront sans traitement — ce qui peut déclencher une réaction immunitaire douloureuse chez l'homme. La maladie n'est pas contagieuse d'individu à individu.

Motherboard est aussi sur Facebook, Twitter et Flipboard.