Les corbeaux sont si malins qu'ils sabotent les expériences des chercheurs

"L'oiseau a dû être retiré de l'expérience avant qu'il apprenne à tous ses congénères comment pirater le système."

|
juil. 17 2017, 8:20am

La Planète des singes est une vaste plaisanterie destinée à faire frémir les âmes impressionnables. Si nous devions un jour être renversés par une espèce concurrente, la menace ne viendra certainement pas de gros mammifères imbéciles qui se grattent les aisselles en regardant passer les moments. Non, nous vivrons dans un monde terrible, sombre et croassant décrit maintes fois par Edgar Allan Poe. Nous plierons l'échine sous le règne d'oiseaux noirs plus rusés que le plus rusé des démons : les corbeaux.

Les corbeaux sont si intelligents qu'ils sont capables d'anticiper des événements futurs - un phénomène qui n'avait été observé que chez les humains et les grands singes jusqu'à présent - en fait, ils sont capables de renoncer à une récompense s'ils savent que cela leur permettra d'obtenir une récompense encore plus grande après voir attendu le temps nécessaire. Une nouvelle étude publiée dans Science nous donne tous les détails de cette découverte étonnante.

Les corbeaux, de même que les geais et les corneilles, appartiennent à une famille d'oiseaux appelée les corvidés, réputés pour leur intelligence exceptionnelle. On sait par exemple que le geai des chênes stocke la nourriture en prévision de futures périodes de disette, au lieu de la manger immédiatement. Or, jusque là, on pensait que ce comportement représentait la manoeuvre d'anticipation la plus raffinée et la plus avancée que nous connaissions chez ces oiseaux.

Dans la nouvelle étude, des chercheurs de l'Université de Lund en Suède ont entrainé des corbeaux à utiliser une machine toute simple exigeant de laisser tomber un caillou dans un tube afin d'obtenir une récompense sous forme de nourriture. Ensuite, les oiseaux ont été laissés dans une cage en compagnie d'une boite-puzzle (sans caillou à disposition) pendant quelques minutes. Une heure plus tard, les chercheurs ont présenté aux animaux une collection d'objets disparates, dont un caillou. Presque tous ont choisi de prendre le caillou dans leur bec plutôt qu'un objet plus ludique, et 86% d'entre eux l'ont utilisé pour enclencher la machine qui leur a été fournie 15 minutes plus tard.

Au cours de l'expérience suivante, 78% des corbeaux ont entrepris de troquer des objets avec un humain - une capsule de bière contre une récompense, par exemple. Ce taux de réussite est considérablement plus élevé que ce qui a été observé dans des expériences similaires réalisées avec des singes.

Je me suis entretenu par Skype avec Can Kabadayi, doctorant en sciences cognitives, afin qu'il m'explique en détails les tenants et les aboutissants de cette nouvelle étude.

Ce dernier m'a raconté une chose étonnante : au cours des expériences, un corbeau a compris prématurément le fonctionnement du système caillou/boite et a entrepris d'enseigner la méthode à ses congénères, avant d'inventer par lui-même une nouvelle façon d'obtenir la récompense. Au lieu de laisser tomber le caillou pour libérer la nourriture, la petite créature diabolique a déposé une couche de brindilles dans le tube et poussé un bâton à travers ladite couche afin d'enclencher le mécanisme.

L'oiseau a dû être retiré de l'expérience avant qu'il apprenne aux autres corbeaux comment pirater le système des chercheurs.

Kabadayi explique qu'il est logique que les singes possède des traits cognitifs similaires à ceux des humains, dans la mesure où ils sont nos plus proches parents. À l'inverse, l'histoire évolutive des corvidés (comme les corbeaux) est si éloignée de la nôtre que leur capacité à anticiper s'est probablement développée pour des raisons qui leur sont propres. "Les corbeaux sont des dinosaures aviaires qui ont partagé un ancêtre avec les mammifères il y a environ 320 millions d'années", précise l'article publié dans Science.

"Il s'agit d'une évolution de la cognition complexe totalement indépendante de la nôtre. C'est fascinant, parce que cela montre que l'évolution a tendance à proposer les mêmes solutions aux mêmes problèmes. Ici, on voit que la planification est une capacité très utile dans le monde animal", ajoute Kabadayi.

Le fait que les corvidés aient des cerveaux de la taille d'un noix ne les handicape pas le moins du monde pour déployer des compétences cognitives avancées. Une étude publiée l'année dernière a révélé que, bien que leur cerveau (ainsi que celui des perroquets) soit beaucoup plus petit que celui de la plupart des singes, il possède une très grande densité de neurones. Kabadayi précise que ses connexions neuronales pourraient être encore plus efficaces que celles des mammifères en raison de la très grande proximité desdits neurones les uns par rapport aux autres.

"Cervelle de piaf est une insulte, alors que ce devrait être un compliment", précise Kabadayi.

Quant à l'oiseau qui a réussi à saboter l'expérience des chercheurs, il a été surnommé "le petit ingénieur".

Kabadayi m'explique que les gens entretiennent une fascination particulière à l'égard des corbeaux, parce qu'il s'agit à la fois d'animaux extrêmement intelligents, et d'animaux peuplant notre environnement immédiat. En Europe tout du moins, les singes ne vous regardent pas passer dans la rue en fomentant de sombres projets, ce qui justifie sans doute pourquoi leur intelligence est moins vénérée que celle des corbeaux que nous pouvons observer à loisir dans le parc le plus proche. Enfin, le corbeau est la seule espèce connue qui vole des armes blanches sur les scènes de crime, et ça force le respect.