Petit guide de protection contre les psychopathes sur Facebook

Peu de gens connaissent les outils qui permettent de récolter des données à des fins malveillantes sur Facebook. Pour pouvoir s'en protéger, il faut comprendre leur fonctionnement.

|
août 10 2017, 8:36am

Pour la plupart d'entre nous, il est impensable de vivre sans Facebook. Nous haïssons pourtant cette plateforme du plus profond de notre être, et à chaque nouveau like, nous nous enfonçons un peu plus loin dans le dégoût de nous-mêmes.

Difficile de rejeter en bloc un site qui a accompagné nos jeunes années et la formation de notre environnement social. Nous l'associons volontiers à des personnes pour qui nous avons de l'affection ou à nos premiers souvenirs archivés en ligne. Pire, même si c'est difficile à avaler, les débats et buzz vains sur Facebook restent représentatifs de tensions réelles qui existent dans la société - et malgré tout, nous voulons assister au spectacle de ces étranges conflits pour mieux comprendre ce qui nous arrive.

Facebook est le support privilégié des querelles stupides, des publicités intrusives, des articles de presse foireux, de la haine déployée en vain et autres formes de superficialités. Parce que l'endroit ne nous semble pas sérieux, nous confions beaucoup d'informations personnelles à la plateforme, presque sans y penser. Nous oublions que Facebook est avant tout un outil de collecte de données mis à la disposition de tous - un outil qui peut être utilisé à des fins mauvaises - grâce à des fonctionnalités que la plupart des utilisateurs ignorent purement et simplement.

Pour pouvoir se prémunir des stalkers et autres individus malveillants, il faut d'abord connaître ces outils et comprendre leur fonctionnement. Voici un échantillon d'application permettant de contrôler quelles infos vous avez laissées en ligne, et de mieux vous protéger.

Graph Search : Connaissez vos amis mieux qu'ils ne se connaissent eux-mêmes

Peu de gens se souviennent de l'existence de GraphSearch, un moteur de recherche sémantique inauguré par Facebook en mai 2013. Il s'agit d'un outil aussi puissant que terrifiant, puisqu'il permet de croiser des données sur un utilisateur grâce à une interface pratique qui ne demande pas d'expertise particulière pour être maîtrisée. Devant les critiques qui lui étaient adressées dans les médias, Facebook a interrompu le développement de cet outil et s'est concentré sur un système de recherche moins intrusif, la recherche universelle. Cependant, les fonctionnalités de GraphSearch existent toujours et peuvent être exploitées par l'intermédiaire d'un outil tiers, tel que Graph.tips, mis au point par le journaliste Henk van Ess. En dépit de ses couleurs criardes et de son look années 90, Graph.tips permet de récolter des informations sensibles.

Il suffit de se munir de l'ID Facebook d'un utilisateur, que l'on trouve facilement dans l'URL de sa page de profil. Ex : www.facebook.com/CharlieTrucmuche. Cela permet de visualiser facilement quelles pages et posts la personne a liké, sur quelles photos elle apparait, quels endroits elle a visité, dans quels restaurants elle a mangé, à quels événements elle s'est rendue, et avec qui. Oui, c'est terrifiant. Quand on sait que même les pages de boites de nuit, institutions, associations, partis politiques et autres organisations possèdent elles aussi un ID Facebook, cela ouvre des toutes nouvelles possibilités en terme d'enquête.

Vous pouvez donc savoir quel bar cette fille que vous aimez bien fréquente le plus souvent, mais aussi où se réunit tel ou tel groupuscule politique qui a l'intention de semer le chaos dans la capitale. Pour peu que vous combiniez les fonctions de recherche de manière intelligente, vous pouvez en apprendre beaucoup sur autrui. Et le premier stalker venu peut faire la même chose avec vous.

StalkScan : Vérifiez quelles informations vous avez laissées derrière vous

À l'inverse, le site StalkScan conçu par le belge Inti De Ceukelaire, complète les fonctions de Graph.tips en vous montrant les informations publiques que vous avez fournies à la plateforme au cours des derniers mois, ou des dernières années.

Même si votre compte est barricadé derrière une configuration idéale des paramètres de confidentialité, il est fort probable qu'il reste, quelque part, des posts publics publiés par vos soins circa 2008, à l'époque où vous pensiez encore être tout seul sur Internet. Grâce à quelques clics bien placés sur StalkScan, il est possible de retrouver facilement du contenu vous concernant ayant été posté il y a dix ans par des collègues, camarades de classe, petits copains et membres de votre famille. Toutes les photos et vidéos récoltées à cette occasion peuvent être affichées dans une vue d'ensemble et téléchargées, accompagnées de leurs commentaires. Préparez-vous à voir remonter des photos de soirée complètement oubliées.

Il en va de même pour les films, la musique, les livres et les lieux que vous avez aimés à l'époque. Évidemment, vous pouvez appliquer cette recherche à des contacts familiers. "Tiens, elle like tout le temps les photos de son ex...", "Oh, pourquoi est-ce que mon collègue demande en ami tous les employés de notre concurrent ?". StalkScan peut vous emmener très loin.

De plus, vous pouvez inclure à votre recherche tous les événements courants, passés ou futurs ayant été publiés sur Facebook. Ces informations peuvent être filtrées par année de publication, ou par âge des participants à l'événement. Ainsi, un individu malsain peut visualiser d'un seul coup d'oeil qui étaient ces charmantes jeunes femmes mineures au concert du Trabendo la semaine dernière.

StalkScan permet donc récupérer des infos sensibles à partir de posts publics, et même de construire le profil publicitaire, psychologique, criminel d'une personne pour peu que l'on se donne un peu de mal. Selon Facebook, l'existence de ce service n'est pas problématique, puisqu'en théorie, chacun est responsable des informations qu'il divulgue sur Internet. Tant pis pour les plus distraits et les plus négligents, il n'avaient qu'à pas être cons.

Qu'avez-vous en commun avec d'autres utilisateurs Facebook ?

Le site Inteltechniques.com propose un service similaire à celui de StalkScan, à ceci près que son interface est plus facile à utiliser. Il a la particularité de vous permettre de comparer deux profils Facebook différents pour en déduire vos "likes communs", vos "groupes communs" et vos "événements communs". L'outil indispensable de tout prédateur sexuel qui se respecte.

Devenez un fantôme sur Facebook

Voici un outil de protection de la vie privée particulièrement utile, dont profiterons tous ceux qui n'aiment pas l'idée que leurs activités sur Facebook puissent être surveillées en permanence par leurs amis.

Le chat de Facebook et l'appli Messenger sont utilisés par de nombreux utilisateurs comme leur messagerie instantanée principale. Comme Whatsapp, Messenger notifie à l'utilisateur que son message a été lu par son interlocuteur au moyen d'un terrible "vu" accompagné d'un ✓.

Si vous détestez ça et que vous aimeriez ne plus sentir le poids terrible de la culpabilité lorsque vous laissez un contact sans réponse parce que vous avez autre chose à faire, toute une gamme de plugins de navigateurs existe pour désactiver cette fonction : Unseen for Chrome , Unseen for Firefox et Facebook Chat Privacy for Chrome. Vos amis ne sauront plus si vous êtes en ligne ou hors-ligne, si vous êtes oui ou non en train de composer un message, ou si vous avez lu leur dernier récit de soirée.

Pas besoin de plugins néanmoins si vous voulez devenir totalement invisible auprès de certains de vos contacts. Il suffit de désactiver la fonction discussion au cas par cas, directement dans le chat Facebook. Allez dans les paramètres avancés de chat, et entrez le nom des contacts avec qui vous ne voulez plus parler dans la fenêtre "désactiver la discussion pour quelques contacts seulement". Vous y êtes.

Si les contacts avec qui vous ne voulez pas adresser la parole sont très nombreux, vous pouvez aussi créer une liste de "contacts indésirables" via la liste d'amis de la barre de gauche. Cela permet de bloquer toute la liste d'un seul clic : pratique.

Quelqu'un s'est emparé de votre compte ? Retrouvez-le.

Vous avez le vague sentiment que quelqu'un a pris possession de votre compte Facebook, soit pour faire une blague, soit à des fins malveillantes ? Autant effectuer toutes les vérifications nécessaires.

Dans le menu en haut à droite, sélectionnez "Paramètres", puis "Sécurité et connexion". Vous pourrez ainsi vérifier toute l'historique des connexions à votre compte, assorties d'infos essentielles : la location de l'appareil utilisé pour accéder à votre compte, sa marque, son modèle, et l'IP associée. Si un ordinateur Windows apparait dans la liste alors que vous n'utilisez que des Mac, il y a anguille sous roche.

Empêchez Facebook de vous suivre sur tous les sites Web que vous visitez

Facebook a établi ses quartiers un peu partout sur Internet. La plupart des sites web ont intégré Facebook à leur pages d'une manière ou d'une autre. Qu'il s'agisse d'un bouton "partager sur Facebook", d'un bouton "like" ou de commentaires directement intégrés sur une page, le désastre est total : Facebook utilise tous les moyens à sa disposition pour savoir ce que vous faites ailleurs sur Internet, et vous lui transmettez des données sans le vouloir - même si vous n'avez jamais utilisé le bouton "partager" de toute votre vie.

Il existe un moyen de limiter un peu les dégâts avec des plugins tels que Disconnect, adapté pour Firefox, Chrome, Safari, Opera, iOS et Android. Il bloque tous les scripts de Facebook - mais aussi ceux de Twitter ou d'autres réseaux sociaux - intégrés sur des pages externes.

D'autres plugins tels que Social Disconnect Plus fonctionnent sur Firefox, Chrome, et Facebook. Utiliser Ghostery permet également de visualiser quels services sur un site Web collectent et stockent potentiellement des données privées. Ceux-ci peuvent ensuite être bloqués ou approuvés de manière sélective dans Ghostery. De même, les fonctionnalités des médias sociaux, telles que les colonnes de commentaires Facebook ou les tweets intégrés peuvent être affichés et activés sur demande.

Attention néanmoins : le développeur de Ghostery, Cliqz, collecte lui-même des données, qu'il transmet parfois à des universités. Cliqz collabore également avec des consortiums publicitaires.

Espionnez le monde entier

S'il se passe quelque chose, quelque part dans le monde, il y a de grandes choses que Facebook soit au courant. Souvent, la nouvelle emprunte la forme d'une vidéo en direct de très mauvaise qualité. Parce qu'il n'est pas toujours aisé de trouver cette pépite d'information qui bouleversera votre perception du monde, il existe Facebook Live Map, qui est sans nul doute l'outil le plus terrifiant de cette liste. Il s'agit d'une carte du monde localisant les streams de vidéo diffusés en direct.

Facebook Live Map vous montrera des compétitions de tir à l'arc, des tours guidés de Shanghai, des après-midi piscine ou des diffusions live de Guardians of the Galaxy 2 avec des sous-titres russes. C'est un monde à part entière, dans lequel interviennent des particuliers, des médias mais aussi des marques.

Lors de certains événements d'importance, comme des concerts de rap ou des sommets du G20, des centaines de streams sont parfois diffusés en même temps, et s'agglutinent en de gros points bleus dont la taille est proportionnelle à l'affluence des curieux. Difficile de dire du premier coup d'oeil si le buzz est suscité par une altercation entre des forces de l'ordre et des manifestants, d'un animal échappé d'un zoo ou d'une sortie de Justin Bieber : c'est la surprise. Ce qui est sûr, c'est que Facebook Live Maps vous fera percevoir le monde différemment, en observant des tas de gens pris dans une situation absurde et qui n'ont jamais consenti à être filmés en direct.