Ces insectes imitent les constellations pour piéger leurs proies

Ce labyrinthe de grottes va être une pure soirée.

|
30 juin 2016, 8:45am

Dans les profondeurs de grottes de Waitomo en Nouvelle-Zélande, des larves fluorescentes forment une constellation de lueurs fantastiques miroitant dans l'obscurité.

Hélas, ces diptères bioluminescents fascinants (Arachnocampa luminosa) n'éclaireront pas les ténèbres pour toujours : ils finiront bientôt leur métamorphose pour se transformer en nuées de moucherons aussi désagréables que décevants. Cependant, en circulant à travers les vastes grottes, vous les verrez dans toute la gloire de leur jeunesse. Accrochées au plafond rocheux par des fils de soie, les larves ébauchent un curieux ballet galactique afin d'attraper leurs proies.

En effet, leur survie dépend de leur capacité à imiter le ciel. De même que la lune et les étoiles guident la trajectoire d'un papillon nocturne, la ressemblance de la larve avec une étoile perturbe l'insecte et l'attire vers la lumière. Dans un dernier acte de cruauté, la larve enveloppe alors le papillon d'une soie mortelle avant de le dévore vivant. Pendant ce temps, des milliers de lucioles animent le plafond de la grotte à l'aide de leurs bleuâtres qui semblent tout droit sorties d'un film de Spielberg.

Même si les scientifiques comprennent désormais pourquoi les minuscules créatures s'organisent de façon à imiter le ciel nocturne, un épais mystère entoure encore cette espèce. On peine à expliquer, par exemple, les variations ponctuelles de luminosité dans les différentes colonies de larves qu'abritent les grottes. En effet, il semble que chaque groupe brille plus ou moins fort en conformité avec son propre rythme circadien, créant un scintillement caractéristique qui ressemble d'autant plus à celui des étoiles. Pourtant, ces étoiles, les larves, nées dans la grotte, ne les ont jamais vues.

Enfin, n'oublions pas que si ces vers pseudo-spatiaux des Grottes de Waitomo sont d'un extrême raffinement, leur appétit carnivore ne peut être apaisé.