Comment 4chan a retrouvé le livestream de Shia LaBeouf au milieu de nulle part - et l'a ruiné

L'une des règles majeures d'internet est : ne jamais sous-estimer les trolls de 4chan. Qui, sur ce coup-là, ont écrit l'une des plus belles pages de leur histoire.

|
mars 13 2017, 10:44am

On dira ce qu'on voudra des mecs de 4chan - qu'ils sont prêts aux pires saloperies "pour le lol", qu'ils ont fait élire Trump, que c'est un vaste agrégat de crétins cyniques et immatures, qu'ils sont volontiers néo-nazis, bref, vraiment, faites-vous plaisir car tout cela est au moins partiellement vrai - mais le fait est que cela fait aussi des années qu'ils nous régalent. Je me souviens, il y a quelques années, lors de mes premières incursions sur /b/, d'avoir passé des nuits entières dans des threads quasi illisibles, à suivre des "raids" lors desquels lesdits crétins cyniques et immatures traquaient un mec qui s'était filmé en train de battre son chien, ou une fille qui n'avait rien fait, comme ça, juste pour déconner, ou encore d'avoir pleuré du sang devant des images de mecs qui postaient les dizaines de bouteilles de sperme qu'ils avaient remplies au fil des ans, pour le fun. J'y ai vu tellement de trucs que je ne sais même plus quels exemples citer. On a vraiment eu une belle e-jeunesse, putain.

Bref, tout ça pour dire qu'à titre personnel, je n'aurais pas hyper envie de me mettre à dos une armée de nerds anonymes et gavés de Red Bull qui passent 80% de leur temps éveillé à chercher de nouvelles façons de faire chier quelqu'un. Surtout quand ces nerds, en plus d'avoir du temps, possèdent 2-3 compétences en informatique et adorent faire parler d'eux.

Ça, visiblement, c'est un truc que Shia LaBeouf n'a pas compris.

En plus d'avoir un super nom, l'acteur a d'excellentes idées. La dernière en date est déjà en train d'entrer dans l'histoire comme l'un des plus beaux appeaux à trolls de tous les temps : "He Will Not Divide Us", un livestream lancé par LaBeouf (entre autres) le 20 janvier dernier devant le Museum of Moving Image, à New York, pour protester contre la présidence de Donald Trump. Le principe de base consistait à ce que de parfaits inconnus puissent se relayer devant la caméra installée par LaBeouf & co. pour répéter inlassablement "He will not divide us !" d'un air déterminé comme des adeptes de Krishna, ou encore pour dire absolument n'importe quoi, en fait, puisque personne ne viendrait contrôler l'affaire. Résumons donc : une caméra installée par une star dans une zone fortement peuplée, en pleine agitation politique et dans un but contestataire, et accessible à tous. Aucune chance que ça tourne mal.

Ça a mal tourné. Rapidement, des supporters de Trump et des néo-nazis sont eux aussi venus déconner face caméra, débitant des horreurs racistes et s'affichant tels des champions de l'aryanité avec des grosses bouteilles de lait (??), symboles de leur pureté raciale (???), les incidents se sont multipliés, et Shia LaBeouf lui-même s'est retrouvé arrêté par les flics pour une rixe avec quelques-uns de ces trolls. Le truc le plus prévisible du monde s'est passé comme prévu - c'est souvent le cas, notez bien.

Mais Shia n'est pas du genre à se laisser abattre ; il l'a déjà prouvé en ne changeant pas de nom et en matant tous les films dans lesquels il a joué une caméra braquée en permanence sur le visage. Hors de question pour lui de lâcher l'affaire. Son stream, il en est convaincu, sera la pierre sur laquelle l'Amérique libre bâtira la résistance à Trump - un peu comme quand nous, en France, on écoutait Sinsemilia juste avant la prise de la Bastille (souvenez-vous). Il l'a donc d'abord déplacé au Nouveau-Mexique, à Albuquerque, espérant ainsi échapper à la vermine fasciste. Raté : pour une sombre histoire de coups de feu, il a été jugé plus sûr de quitter rapidement Albuquerque.

Et c'est ainsi que LaBeouf et deux potes artistes, Rönkkö et Turner, ont eu un coup de génie : ils allaient finalement installer le stream au beau milieu de nulle part, dans un lieu tenu secret, et la caméra serait simplement pointée vers un grand drapeau blanc orné de l'inscription "HE WILL NOT DIVIDE US." Prends ça, Trump ! Prenez ça, les trolls ! C'est ça de s'attaquer à un mec qui a latté quelques Transformers. Personnellement, j'ai immédiatement parié 2 mois de salaire sur le remplacement imminent de Trump par Bernie Sanders. Fingers crossed.

Sauf que... Héhéhé. La promesse faite par LaBeouf que le drapeau resterait ainsi dressé "pour l'intégralité du mandat de Trump" était l'un des plus beaux défis jamais lancés à 4chan. C'est un peu comme se pointer habillé en viande dans un enclos de hyènes et penser que vous allez pouvoir vous échapper en trottinette. Et évidemment, ça n'a pas manqué.

Il importe de préciser qu'a priori, aucun indice n'avait été donné sur la localisation du drapeau. Les "enquêteurs" de 4chan savaient simplement qu'il se trouvait sur le territoire américain - sinon, c'était pas du jeu, et ça n'avait aucun sens. L'enquête a véritablement démarré mercredi 8 mars, quand LaBeouf s'est fait griller sur Twitter en train de dîner dans un restaurant de Greenville, dans le Tennessee. En soi, ça ne prouvait rien ; mais en comparant l'heure du coucher de soleil à Greenville et sur le stream, ainsi qu'en comparant les conditions météorologiques des images à celle de la région, les gens de 4chan ont rapidement eu la confirmation que le drapeau se trouvait effectivement dans le Tennessee.

Mais cela ne suffisait évidemment pas ; c'est grand, le Tennessee, et les drapeaux sont globalement assez nombreux aux Etats-Unis. L'étape suivante consistait donc à s'intéresser aux trajectoires des avions survolant la région : en surveillant les traces laissées par les avions dans le ciel sur le stream et en les comparant aux plans de vol des appareils survolant le coin, on pouvait aisément en savoir plus sur la localisation précise du drapeau. Bingo : quand trois avions sont passés presque simultanément dans la zone, les trolls ont pu déterminer assez précisément la position du drapeau, grâce à la triangulation. Franchement, je sais pas vous, mais c'est le genre d'élan collectif qui me redonne foi en l'humanité (non. C'est faux. Ça me fait juste rire. Mais c'est déjà pas mal.)

Et ce n'est pas fini. La zone délimitée restait trop grande pour simplement s'y promener en cherchant un drapeau ; surtout que les gens de 4chan ne sont pas franchement du genre "promenades champêtres", on ne va pas se mentir. Alors, que faire ? Lâcher une armée de chiens équipés de GoPro jusqu'à ce que l'un d'entre eux tombe sur le drapeau par hasard ? Lâcher une armée d'enfants ? Renoncer et aller s'attaquer à des enfants et des chiens via Internet ? Pourquoi pas, oui, mais plus tard. Parce que 4chan a choisi de se tourner vers les étoiles. En se basant sur des méthodes astronomiques héritées de l'Antiquité (rien que ça !) et en observant les étoiles, les trolls ont pu déterminer dans quelle direction était tournée la caméra et définir plus précisément sa position.

Puis l'un d'entre eux est allé faire un tour dans Greenville et ses environs à bord d'un pick-up, klaxonnant régulièrement pour voir si ses coups de klaxon étaient audibles sur le stream. Quand le klaxon se faisait plus bruyant, il savait qu'il approchait. Jusqu'au dénouement final.

Le drapeau a finalement été découvert sur un terrain privé, à proximité d'une maison appartenant à un pauvre hère visiblement pas conscient de ce qui se tramait à côté de chez lui. Là, des membres de 4chan vivant dans le Tennessee ont enfin réussi l'un des plus grands coups de l'histoire de l'imageboard : capturer le drapeau, comme dans les meilleurs jeux vidéo. Et bien sûr, ils l'ont remplacé par une casquette Trump et un t-shirt Pepe the Frog.

Il a fallu attendre quelques heures pour que Shia LaBeouf n'admette sa défaite et coupe finalement le stream, sur lequel on ne voyait plus rien. Espérons qu'il décide de le relancer ailleurs, parce que cette histoire, si elle continue, risque bien d'être l'un des trucs les plus drôles des 4 prochaines années - avec la guerre nucléaire. Quant au drapeau, sans surprise, il repose désormais dans un sous-sol crasseux, là où vit celui qui l'a décroché. Internet est une terre de légendes.

Update : cet article a été mis à jour pour clarification. L'image initialement publiée avec cette histoire a été remplacée.