La Chine utilise la reconnaissance faciale pour punir les piétons désobéissants

Ceux qui traversent quand le petit bonhomme est rouge verront leur visage s'afficher sur un écran accroché en pleine rue.

|
29 mars 2018, 8:28am

En Chine, les agence de maintien de l’ordre utilisent des technologies biométriques avancées pour surveiller les citoyens depuis des années. Ces technologies ont été déployées dans le cadre d’un effort national pour créer un réseau de vidéosurveillance « omniprésent, complètement connecté, toujours en marche et totalement contrôlable » imaginé par le Ministère de la sécurité publique chinois en 2015.

Les appareils de reconnaissance faciale qui ont été déployés dans la ville de Shenzhen en avril dernier sont emblématiques de ce système de surveillance inédit. Conçu pour lutter contre les individus qui traversent les rues en dehors des passages piétons ou avant que le petit bonhomme vert ne les y autorise, ce dispositif photographie les contrevenants et affiche leur cliché, leur nom et une partie de leur numéro d’identification gouvernemental sur de grands écrans à LED accrochés au-dessus de la rue.

Une capture d'écran du site sur lequel sont diffusés les photographies et les informations personnelles de piétons hors-la-loi. Image : ctn.gov.cn

Un site qui affiche les photographies et diverses informations personnelles de ces piétons désobéissants a également été ouvert.

Intellifusion, l’entreprise spécialiste de l’intelligence artificielle chinoise qui a conçu le système, a récemment décidé d’aller plus loin en bouclant des partenariats avec plusieurs opérateurs téléphoniques et réseaux sociaux comme WeChat et Weibo. Si tout se passe comme prévu, les contrevenants recevront bientôt des messages texte dès qu’ils seront pris en défaut par les caméras.

Le South China Morning Post affirme que cette « amélioration » est d’abord une manière d’éviter l’installation de coûteux écrans LED supplémentaires. Les messages comprendront un avertissement et des informations concernant leur amende pour avoir contrevenu aux règles piétonnes de la ville. Motherboard n’est pas parvenu à déterminer quand ces changements prendront effet.

Le South China Morning Post affirme aussi que la police routière chinoise a identifié près de 14 000 piétons désobéissants sur une seule intersection de Shenzen depuis qu’elle a installé le système. Des responsables politiques chinois ont affirmé qu’il avait permis de réduire le nombre de contrevenants dans la ville.

La Chine prévoit de déployer un système de crédit social national en 2020. Conçu pour garder une trace de tous les crimes et délits des citoyens, il influera directement sur la recherche d’emploi ou les demandes de crédit. Le South China Morning Post affirme que le dispositif de reconnaissance faciale anti-piéton hors-la-loi fera partie du réseau qui permettra de faire fonctionner ce système. Quiconque traverse au mauvais moment verra son score de crédit social réduit en conséquence.

Même dans un pays qui utilise autant de caméras de surveillance que les États-Unis, la technologie de reconnaissance faciale publique d’Intellifusion est troublante. Reste qu’il ne s’agit pas du dispositif biométrique le plus avancé dont disposent les autorités chinoises : depuis peu, les forces de l’ordre utilisent des lunettes capables d’identifier les criminels recherchés. Les policiers de Beijing ont même commencé à tester des caméras de reconnaissance faciale à 720 degrés.