Wikimédia France veut faire de vous le contributeur parfait de Wikipédia

Wikimédia France lance un cours en ligne pour vous apprendre à nourrir le mieux possible les futurs exposés de légions de collégiens.

|
févr. 22 2016, 10:10am

Les contributeurs de Wikipédia sont un peu les croque-morts du Web : tout le monde en a besoin un jour ou l'autre, mais personne ne veut en être. Voilà plus de quinze ans que l'encyclopédie en ligne existe, et vous en avez bien profité : pour présenter vos exposés à l'école, clore un débat sur des chiffres ou des dates, ou simplement nourrir votre curiosité en vous y perdant pendant des heures. Et pourtant, il ne vous est jamais venu à l'esprit d'y contribuer. Pas la peine de mentir, on a les chiffres : en Janvier 2016, les contributeurs (qu'on appelle aussi des "wikipédiens") ont effectué environ 760 000 modifications sur le Wikipédia francophone. Dans le même temps, 783 millions de pages y ont été consultées par les internautes. Ce qui donne un ratio d'un peu plus de 1000 consultations pour une contribution.

Wikimédia France, la fondation derrière Wikipédia, vous donne l'occasion de vous faire pardonner. Elle lance un MOOC (un cours massif en ligne gratuit) pour apprendre à devenir contributeur, accessible à partir du 22 février. Une série de vidéos pédagogiques et d'exercices étalés sur cinq semaines, à raison de trois heures par semaine, feront découvrir aux participants les arcanes de Wikipédia: Son histoire et ses principes fondateurs, sa communauté, ses outils et nombreuses règles d'édition… Lors de l'avant-dernier cours, les wikipédiens en herbe rédigeront même leur premier article.

Quelques cours ne seront pas de trop, car contribuer à Wikipédia est un exercice un peu plus complexe que poster des selfies sur Instagram avec le petit filtre qui va bien. "Un bon article sur Wikipédia, c'est un article qui est neutre, vérifié et qui possède des sources – des liens vers des articles de presse, des sites reconnus dans leur domaines ou des publications scientifiques – qui permettent de vérifier toutes les informations," explique Antoine, un contributeur de Wikipédia qui a participé à l'élaboration du MOOC. Il fait partie de l'équipe des "patrouilleurs", qui surveillent en permanence les modifications apportées à l'encyclopédie et sont donc souvent en contact avec les débutants pour corriger leurs erreurs. "Les plus grosses sont des problèmes de mise en forme, de maladresses liées à une méconnaissance de la façon de rédiger un article, ou parfois de neutralité : des gens qui, de bonne foi, rédigent un article biaisé. On n'est pas forcément habitué à être neutre sur un sujet, surtout quand ça nous tient à cœur."

Wikimédia France proposait déjà des ateliers de formation dans des institutions culturelles, des associations ou des écoles. "Mais nous avons des moyens humains limités, rappelle Nathalie Martin, directrice exécutive de l'organisation. Grâce ce MOOC, nous allons pouvoir toucher un public plus large et améliorer l'accessibilité de nos formations." L'objectif est de transformer ces étudiants en wikipédiens actifs, car depuis un pic de 5300 contributeurs réguliers (plus de cinq modifications par mois) en janvier 2013, les effectifs ont baissé, pour s'établir à 4800 personnes en janvier 2016.

"Un bon article sur Wikipédia, c'est un article qui est neutre, vérifié et qui possède des sources qui permettent de vérifier toutes les informations"

Ces cours en ligne doivent également permettre de diversifier les profils des contributeurs. Seulement 15 à 20% d'entre eux sont des femmes, ce qui a une influence sur les contenus présents ou non sur Wikipédia, estime Natacha Rault, contributrice et présentatrice de certaines vidéos du MOOC : "Les intérêts des hommes ne sont pas forcément les mêmes que ceux des femmes, tout comme ceux des jeunes et des plus vieux diffèrent." L'origine géographique des contributeurs est elle aussi trop homogène : "Il y a une majorité de résidents français, ensuite quelques habitants de Suisse, de Belgique et du Québec dans des proportions proches, mais assez peu de gens d'autres pays," explique Jules Xénard, un wikipédien qui coordonne le projet avec les équipes de Wikimédia France. L'Afrique francophone est la grande absente.

Les premiers chiffres sur les participants au MOOC laissent espérer une amélioration : "Nous sommes à 30% de femmes inscrites, affirme Jules Xénard. Ce n'est pas encore le nirvana, mais ça progresse. Quant à l'origine géographique, nous avons 3% des inscrits rien qu'au Maroc. Et si on cumule tous les pays d'Afrique, on dépasse les 10%, ce qui est largement supérieur à ce que l'on observe sur Wikipédia." Avec plus de 5200 inscrits, Wikipédia a de quoi potentiellement doubler ses effectifs de contributeurs, et les diversifier par la même occasion. Encore faut-il que tous les participants aillent jusqu'au bout des cours, car la majorité des inscrits aux MOOC abandonnent en route. Par exemple, seuls 9% des participants aux cours en ligne des universités d'Harvard et du MIT ont vu plus de la moitié d'un enseignement et à peine 5% l'ont validé.

Mais pourquoi devenir wikipédien ? Cela vaut-il la peine de passer son temps libre à travailler gratuitement pour se faire plagier par des collégiens qui font leurs devoirs ? "J'en retire le plaisir de côtoyer une communauté intellectuellement et socialement enrichissante", explique Jules Xénard. Pour Nicole Brault aussi, "il y a un intérêt intellectuel", car "quand on contribue, on devient plus pointu sur les sujets auxquels on participe. Et je pense que la construction des savoirs ne doit pas être cantonnée à un milieu élitiste, universitaire ou journalistique, donc je suis ravie d'être plagiée par des collégiens et des collégiennes !", lance-t-elle en riant.

Contribuer, ce n'est pas forcément de longues heures seul devant son ordinateur à écrire des articles. "Ne serait-ce que corriger une faute, c'est apporter sa pierre à l'édifice", rappelle Antoine. Wikimédia a aussi lancé diverses initiatives pour faire de la contribution une expérience sociale moins virtuelle. "Nous avons organisé une chasse aux menhirs en Bretagne pour agrandir notre collection de photos. Et en ce moment, nous proposons des dégustations pour les participants au projet WikiCheese, dont le but est de photographier tous les fromages français." Si l'aventure vous tente, vous avez jusqu'au 29 février pour vous inscrire au MOOC.