Quantcast
iPhone

Devant la justice, Apple évalue la durée de vie de l'iPhone à un an

Le procès déclenché par un défaut de conception de l'iPhone 6 a révélé qu'Apple ne pouvait garantir qu'une année de fonctionnement pour son smartphone.

Jason Koebler

Jason Koebler

En dévoilant son iPhone X mardi 12 septembre, Apple a annoncé que tous les smartphones précédents étaient désormais obsolètes. La preuve, vous êtes sans doute en train de réfléchir à l'achat du nouvel iPhone. Les nouveaux modèles annuels et l'iPhone Upgrade Program nous ont conditionnés à vouloir un nouveau smartphone chaque année.

Évidemment, la plupart d'entre nous n'avons pas besoin d'un nouveau téléphone. Beaucoup d'iPhone dureront au moins quelques années, en particulier si leur propriétaire fait changer leur batterie. Mais au lendemain de la révélation du iPhone X, il peut être intéressant de s'interroger sur la durée de vie qu'Apple prête à ses propres smartphones. Lorsqu'elle a publié son analyse environnementale de l'iPhone 7 l'année dernière, la firme de Cupertino donnait trois années de vie à un appareil de première main. Cette estimation est "basée sur les données utilisateurs historiques pour des produits similaires."

Greg Joswiak, le vice-président d'Apple pour iOS, l'iPad et le marketing du iPhone, a déclaré à Buzzfeed le mois dernier que les iPhones étaient "des appareils durables et de la plus haute qualité. C'est ce qu'il y a de meilleur pour le consommateur, pour le iPhone, et pour la planète."

Face à un juge américain, cependant, Apple affirme qu'il n'a à garantir le bon fonctionnement de l'iPhone que pour un an, le temps de la garantie par défaut de l'appareil aux États-Unis. À titre de comparaison, les personnes qui s'engagent dans l'iPhone Upgrade Program payent pour leur nouveau téléphone pendant deux années complètes.

Cette information a été rendue publique au cours du procès qui oppose actuellement Apple à plusieurs milliers de victimes de la "touch disease", un défaut de fabrication qui a causé la mort prématurée de dizaines de milliers d'iPhone 6 et 6 Plus. Les plaignants affirment que "les consommateurs sont en droit d'attendre que leur smartphone reste opérationnel deux ans sans abus ou négligence, car l'écrasante majorité des utilisateurs de smartphones sont tenus de signer un contrat qui les lie à un opérateur pour deux ans."

Apple a riposté en présentant une motion de rejet de la plainte qui note que les téléphones des plaignants se sont cassés plus d'un an après leur achat, c'est-à-dire après la fin de la garantie. Pour l'entreprise, tout est perdu si votre smartphone expire passé cette limite fatidique.

Arturo González, l'avocat d'Apple, écrit dans la motion de rejet de la plainte (rédigée en avril et disponible ci-dessous) qu'il n'est "pas approprié pour les cours de justice de reprendre les termes exprès d'une garantie pour satisfaire les attentes unilatérales des consommateurs vis-à-vis d'un produit".

"Tenir la garantie limitée d'Apple pour abusive, pour la simple raison que les plaignants s'attendent à ce que leur iPhone durent aussi longtemps que leur contrat téléphonique, serait un fardeau pour [Apple]", a ajouté l'entreprise. Il nous semble judicieux de rappeler que toute personne qui souscrit à l'iPhone Upgrade Program, une offre qui permet d'obtenir un nouvel iPhone chaque année moyennant un paiement mensuel, s'engage à payer pour son nouvel appareil pendant deux ans. Le cycle de 24 mois est relancé à chaque changement de téléphone. Parce qu'il devient un client à vie potentiel pour Apple, chaque membre du iPhone Upgrade Program bénéficie d'une extension de garantie.

La touch disease est causée par une utilisation normale des iPhone 6 et iPhone 6 Plus. À chaque fois qu'on le glisse dans une poche ou qu'on l'en tire, le téléphone se déforme légèrement. Après plusieurs mois, ces déformations répétées peuvent finir par séparer la puce Touch IC de la Logic Board. L'écran du smartphone cesse alors d'être tactile, d'abord par intermittence puis définitivement.

Les plaignants soutiennent qu'Apple aurait dû révéler le défaut de conception plus vite qu'il ne l'a fait. L'entreprise a fini par lancer un programme de remplacement qui permettait aux clients touchés d'obtenir un téléphone reconditionné pour 149$. Rappelons que la touch disease était un problème courant ; les réparateurs professionnels indépendants affirment qu'elle pouvait être causée par une utilisation normale du téléphone.

L'autre dimension du procès touche à la nature de la touch disease : est-ce un "défaut de fabrication" ou un "défaut de conception" ? Les plaignants n'ont pas essayé de soutenir qu'il s'agissait d'un défaut de fabrication. Quant aux avocats d'Apple, ils affirment qu'ils ne peuvent pas prouver qu'il s'agit d'un problème de conception et non du design original d'Apple.

"Les affirmations des plaignants selon lesquelles "la résistance et la durabilité réduite du boîtier externe entraînent la rupture de la soudure de la puce Touch IC" dénoncent un défaut de conception présumé, écrit González. Les plaignants n'affirment à aucun moment que le iPhone 6 ou 6 Plus ne correspond pas à la manière dont il a été conçu par Apple."

"Un fabricant n'est pas tenu de révéler un prétendu défaut qui se déclare après la fin de la garantie sauf si ce dernier pose un problème de sécurité, poursuit González. La justice a déjà établi qu'un défendant n'était pas obligé de révéler un défaut latent qui apparaît en dehors de la période de garantie sauf si, au moment de la vente, Apple savait que le produit ou l'un de ses composant allait tomber en panne."

Pour l'emporter face à un juge, il semble parfaitement logique que les avocats d'Apple soutiennent que l'entreprise est tenue de produire des téléphones qui durent le temps de leur garantie, et c'est tout. En dehors de la salle d'audience, cependant, Apple affirme dans dans ses analyses environnementales que l'iPhone moyen est utilisé pendant trois ans. Les porte-parole de l'entreprise assurent qu'elle produit les téléphones "les plus durables" (ce qui n'est pas nécessairement faux : les iPhone conservent leur valeur à la revente mieux que n'importe quel autre smartphone). Apple n'a pas répondu à nos demandes de commentaire.

Pendant ce temps, devant les tribunaux américains, Apple soutient que les consommateurs devraient souscrire à une extension de garantie ou s'abstenir d'acheter un iPhone s'ils s'attendent à ce qu'Apple soit tenu pour responsable des problèmes de conception qui émergent passée la période de garantie.

"La garantie limitée d'Apple propose expressément un retour si le consommateur refuse les termes de la garantie", écrit González. Les allégations des plaignants concernant la durée des contrats cellulaires ou des options de financement ne peuvent pas changer la garantie d'un an clairement appliquée depuis toujours aux iPhones d'Apple… Les plaignants avaient la possibilité d'acheter un smartphone depuis un vendeur tiers ou d'étendre la durée de la garantie."

La garantie du iPhone d'Apple est similaire à d'autre garanties auxquelles nous acceptons de nous soumettre lorsque nous achetons des appareils électroniques. Mais Apple et d'autres entreprises maintiennent de plus en plus souvent un contrôle strict sur les produits qu'ils ont déjà vendus. Si vous hackez ou modifiez vos appareils, vous mettez les doigts dans le software et le hardware d'un fabricant. Si le produit en question se casse, vous avez cassé votre appareil.

"Tout ceci souligne la frontière toujours plus floue entre les produits et les services et la manière dont les entreprises utilisent ce flou à leur avantage, explique Aaron Perzanowski, professeur de droit à la Case Wester Reserve University et auteur de The End of Ownership, dans un mail adressé à Motherboard. Quand le rôle de fournisseur de service présente un inconvénient, quand un produit licencié ou loué a besoin d'une réparation ou d'un remplacement, les entreprises ont tôt fait d'adopter la mentalité caveat emptor habituellement associée aux produits standalone."

Je ne souscris pas aux théories selon lesquelles Apple programme l'obsolescence de ses propres iPhone. Beaucoup de gens utilisent encore leurs iPhone 5S de 2013, et une recherche appareil sur Flickr montre que des modèles plus vieux encore sont toujours utilisés.

L'argument d'Apple est une réponse légale à un litige. Il fait sens que l'entreprise soutienne que sa garantie - qui est, après tout, un document légal - est le maître-étalon qui doit servir à mesurer la durabilité de ses téléphones. Mais si quelque chose tourne mal pour votre iPhone (et la touch disease montre que c'est une possibilité bien réelle), vous pouvez vous attendre à ce que votre téléphone ne dure qu'un an.