On sait enfin à quoi ressemblent les cellules qui protègent nos organes

Tout juste découvert, le « scutoïde » est une forme géométrique qui permet aux cellules épithéliales de former et protéger efficacement nos organes.

|
août 1 2018, 8:57am

Image : Université de Séville 

Carrés, triangles, rectangles. On pourrait croire que la liste de formes géométriques pour lesquelles les humains ont trouvé des noms est complète. Raté : permettez-nous de vous présenter le scutoïde.

Le scutoïde allie un grand nombre de sommet à l’allure d’un cylindre. En dépit de son air extraterrestre, il ne pourrait être plus proche de vous : son spot, c’est votre peau. Dans un article publié par Nature Communications, des scientifiques des universités de Séville et de Leigh, en Pennsylvanie, soutenus par plusieurs autres institutions de recherche, révèlent que les cellules responsables de la formation de la peau et des enveloppes qui protègent nos organes prennent la forme de scutoïdes pour accomoder les reliefs complexes du vivant.

Luis M. Escudero de l’université de Séville, l’un des co-auteurs de l’étude, explique dans un communiqué que ces cellules dites « épithéliales » et les formes qu’elles adoptent peuvent être comparées à des briques Lego. Le scutoïde est la forme parfaite pour elles : les cellules s’emboitent si bien qu’elles forment une barrière contre les infections.

Escudero ajoute que le scutoïde permet à un embryon, une structure simple, de se transformer en organisme complexe. « Ce processus repose sur la croissance d’un organisme, mais aussi sur les mouvements des cellules épithéliales, qui s’organisent et se joignent pour donner leur forme finale aux organes. »

Image : Université de Séville

Jusqu’alors, personne ne savait trop quelle forme prenaient les cellules épithéliales pendant le développement des organes. Par défaut, elles étaient donc représentées comme des prismes ou des pyramides. Des simulations informatiques et des observations sur des tissus animaux ont montré que le scutoïde était la forme idéale pour nos organes ronds et rebondis.

Les auteurs de l’étude ont déclaré que leur découverte pourrait permettre de mieux comprendre les maladies qui altèrent ou compliquent le développement des organes.