Publicité

Des océanologues ont résolu le mystère du « Café des requins blancs »

Chaque année, les grands requins blancs des côtes californiennes nagent des dizaines de jours pour rallier une zone reculée de l'océan Pacifique. On sait enfin pourquoi.

|
sept. 21 2018, 9:45am

Une équipe d’océanologues vient de répondre à l’une des questions les plus intrigantes de leur domaine : à quoi peut bien servir le « Café des requins blancs », cette zone de l’océan Pacifique située entre la Californie et Hawaï dans laquelle les fameux squales se regroupent massivement une fois par an ?

Publicité

Certaines hypothèses supposent que le « White shark café est une zone de reproduction ou de mise bas, ce qui est peu probable étant donné la grande distance qui le sépare des nurseries côtières. Histoire d’ajouter au mystère, les mâles se comportent bizarrement dans ce coin d’océan : des balises implantées sur leurs nageoires ont révélé qu’ils n’avaient de cesse de monter et descendre, jusqu’à 120 fois par jour et à des profondeurs dépassant les 400 mètres. Les femelles plongeaient encore plus profond pendant la journée.

Des données fraîchement recueillies par l’université Stanford et l’Aquarium de la baie de Monterey ont répondu à toutes ces questions en révélant que le Café des requins blancs était une zone riche en animaux sensibles à la lumière, comme le calamar et le phytoplancton. Si les squales leur rendent visite, c’est seulement pour se remplir la panse.

« C’est la plus grande migration animale connue — une migration verticale qui correspond au cycle lumineux » explique Salvador Jorgensen, chercheur à l’aquarium de la baie de Monterey, dans un article publié mardi 18 septembre dans SFGate. « Pendant la journée, [ces animaux] se rendent juste au-dessous des zones éclairées. Quand la nuit tombe, ils se rapprochent des eaux de surface, plus chaudes et productives, à la faveur de l’obscurité. »

Les requins suivent la migration de près, ce qui explique les plongées incessantes des mâles. Cette possibilité avait déjà attiré l’attention des scientifiques, qui l’avaient néanmoins balayée en découvrant des relevés satellitaires indiquant que la zone n’était qu’un « vaste désert ».

La docteur Amanda Netburn classe les spécimens capturés pendant la nuit dans le White shark café. Image : Schmidt Ocean Institute

À l’automne dernier, une équipe de scientifiques dirigée par Salvador Jorgensen et Barbara Block, océanologue à l’université Stanford, ont attaché des balises GPS et acoustique à 37 grands requins blancs. Le printemps venu, une équipe d’océanographes, de biologistes marins et de biologistes moléculaires ont pris la mer sur le navire scientifique Falkor dans l’espoir d’intercepter ces cobayes sur zone.

Publicité

« Et comme nous l’avions prédit, les requins sont apparus » a décaré Block à NPR au mois de mai dernier.

Les balises se sont automatiquement décrochées pendant l’expédition. Les scientifiques ont retrouvé dix des 22 capsules flottantes, récupérant autant de données sur le comportement de plongée et les préférences environnementales des requins en trois semaines qu’au cours des 20 années précédentes, a déclaré Block à SFGAte. Avant l’arrivée du Falkor, un drone et des véhicules sous-marins autonomes équipés de sonar ont été déployés pour aider les scientifiques à localiser les requins.

Avec l’aide de ces appareils, l’équipe a également mesuré la température et la salinité de l’eau et cherché des traces d’ADN environnemental — du matériel génétique présent dans l’eau qui révèle la présence de requins. Toutes ces informations ont apporté un nouvel éclairage sur la fonction du café océanique.

Une question demeure : pourquoi les femelles ne plongent-elles pas comme les mâles ? Jorgensen a déclaré à SFGate qu’il pourrait s’agir d’une affaire de reproduction ou de régime alimentaire; peut-être que mâles et femelles ne mangent pas la même chose.

En 2016, le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO et l’Union internationale pour la conservation de la nature ont demandé le classement du White shark café dans le patrimoine mondial. Pour que cela se produise, les autorités devront d’abord démontrer son importance biologique — ce qui se produira sans doute à la suite d’une prochaine expédition.

Plus de motherboard