Publicité

Nique-toi, Freud : les orgasmes clitoridiens sont merveilleux, selon une étude

Messages à l'intention de tous ceux qui ont déjà tapé "point G" dans Google.

|
oct. 11 2016, 5:00am

Il y a un peu plus d'un siècle, Sigmund Freud, le père de la psychanalyse, décida soudainement que les orgasmes clitoridiens étaient le signe infaillible d'une immaturité sexuelle et psychologique, et relevaient parfois même de la maladie mentale.

Publicité

Fort heureusement, la chercheuse Nicole Prause et ses collègues sont venus corriger tout ça la semaine dernière avec une vérité scientifique simple : les orgasmes clitoridiens sont tout à fait sérieux, légitimes et sains, pour ceux qui en doutaient. Et d'ailleurs, cette nouvelle étude, publiée dans le Journal of Sexual Medicine, indique que les femmes adeptes de la stimulation clitoridienne ont souvent un désir sexuel encore plus fort.

"Il existe toute une série d'études qui affirmaient, de façon choquante, que les femmes qui parvenaient à l'orgasme par stimulation clitoridienne étaient mentalement inaptes pour diverses raisons, a déclaré Prause dans un communiqué. Ces études étaient odieuses car nous savons que la majorité des femmes déclarent pratiquer la stimulation clitoridienne pour parvenir à l'orgasme, et que ces études traitaient donc la majorité des femmes comme relevant de la pathologie."

Les chercheurs ont étudié 88 femmes, âgées de 18 à 53 ans. Après un entretien et un questionnaire détaillés concernant leur santé mentale et sexuelle, les femmes étaient invitées à regarder une série de films, certains neutres et d'autres à caractère sexuel, choisis parmi des films pour adultes récompensés par des prix. On leur demandait alors de décrire leur niveau d'excitation au cours du processus.

Plus tard, les femmes ont du décrire la façon dont elles étaient parvenues à leurs orgasmes les plus récents. La plupart d'entre elles ont affirmé qu'ils avaient résulté d'une stimulation aussi bien vaginale que clitoridienne.

Publicité

Mais les orgasmes clitoridiens ont toujours été étroitement surveillés. Le problème vient du fait que les hommes ont été incapables de comprendre, des siècles durant, pourquoi les femmes auraient besoin d'autre chose que ce qui marche pour eux : la pénétration. Et ils n'y ont pas été aidés par la théorie freudienne selon laquelle les femmes, en se développant psychologiquement et mentalement, étaient plus à l'écoute de leurs orgasmes vaginaux.

Les femmes n'ont pas les mêmes orgasmes que les hommes. Et leurs expériences varient beaucoup, selon une étude publiée dans les Archives of Sexual Behavior. Dans un récent sondage réalisé auprès de 2300 femmes par Cosmopolitan, seules 57% des femmes affirmaient parvenir à l'orgasme à chaque relation sexuelle, contre 95% des hommes, et 38% des répondantes expliquaient que c'était en raison d'un "manque de stimulation clitoridienne."

Et les femmes qui ne parviennent pas à l'orgasme vaginal ont parfois du mal à parler de leur propre plaisir, et se sentent souvent mal à l'aise à l'idée d'évoquer la stimulation clitoridienne au cours de l'acte sexuel, comme le montre l'étude.

Nicole Prause fait partie des rares chercheurs qui tentent de démystifier le désir féminin, qui est une combinaison complexe d'excitation physique et d'émotions. Mais plus elle réfute certains mythes, comme celui de l'orgasme clitoridien, et plus nous approchons d'un plaisir véritablement mutuel.

"J'espère que cette étude donnera aux femmes suffisamment de confiance pour ne pas se demander d'où elles doivent tirer leur orgasme : faites-vous tout simplement plaisir !", conseille Prause.

Plus de motherboard